Numérique et éducation : illusions, régressions, inégalités, enfermement algorithmique et extrémisme violent

Education et numériqueExtraordinairement rapide, la révolution technologique produit parfois des effets contraires aux promesses initialement formulées. Il semble ainsi prudent de prendre un peu de distance et de se demander si cette révolution technologique est synonyme de progrès ou de régression pour l’humanité, tout en sachant qu’elle apparaît inéluctable et irréversible.

En effet, ce que nous enseigne la réalité, c’est que le numérique reproduit aussi les inégalités. La notion de « fracture numérique » apparaît alors que le numérique est l’objet de nombreuses critiques dans le domaine de la santé publique, de la sécurité internationale et des droits fondamentaux.

Les inégalités demeurent sur le plan éducatif

L’écart entre les élèves natifs du pays et ceux issus de l’immigration ainsi que celui entre élèves issus de milieux socio-économiques défavorisés et élèves favorisés peine à se réduire malgré des investissements importants pour collecter et analyser les données éducatives. L’OCDE, qui a publié un volume dédié aux inégalités le 6 décembre 2017, estime que les enfants de milieux défavorisés risquent trois fois plus que les autres d’avoir un niveau scolaire en dessous de la moyenne. L’organisation relève aussi que l’écart entre les enfants de parents ayant fait des études supérieures et ceux dont les parents ont un niveau collège est de 84 points, soit presque trois années de scolarité

Les critères géographiques sont également un facteur d’inégalités

Les disparités géographiques restent importantes entre les villes et les zones rurales, mais aussi entre les pays européens. 97 % des foyers ont Internet à la maison au Luxembourg, contre 64 % seulement des foyers en Bulgarie (Eurostat, 2016). La fracture numérique géographique s’accroît encore entre les pays du Nord et ceux du Sud : 60 % des Africains n’utilisent pas Internet contre 4 % en Europe (UNICEF, 2017). Ces inégalités reproduisent les inégalités existantes avant l’apparition du numérique au niveau de la formation et du développement de compétences.

Il existe un fossé numérique entre les sexes

Au niveau mondial, les hommes sont plus nombreux que les femmes à utiliser Internet. En Inde, moins d’un tiers des utilisateurs sont des femmes (UNICEF, décembre 2017).

Une fracture générationnelle numérique apparaît assez nettement en Europe

96 % des jeunes de 16 à 24 ans utilisent régulièrement Internet contre 57 % de la tranche d’âge 55 à 74 ans (Eurostat, 2016).

Même si l’accès aux plateformes de formation reste pour l’instant gratuit, la logique des certifications payantes créée des inégalités entre les utilisateurs sur critères économiques

La multiplication de cours en ligne et de certificats payants sur les deux plateformes les plus utilisées au monde doit interroger les concepteurs sur leur mission initiale, à savoir démocratiser l’accès à l’éducation de qualité pour tous. Pour exemple, le prix d’une certification moyenne sur Coursera est de 45 dollars, soit l’équivalent du revenu mensuel au Togo.

Les résultats sont contrastés en ce qui concerne les CLOM
(cours en ligne ouverts et massifs) ou MOOC (massive open online courses)

Les CLOM ou MOOC représentent l’espoir pour 263 millions d’enfants et d’adolescents déscolarisés d’avoir accès à une éducation de qualité (UN News, mars 2018). 700 universités proposent des MOOC. En 2016, 58 millions d’étudiants se sont inscrits à un MOOC. Les MOOC les plus importants sont américains. Au niveau européen, il existe différentes plateformes : nationales, et supranationales.

En France, la plateforme France université numérique (FUN) réunit 93 universités francophones, qui ont produit 279 MOOC, avec un million de personnes inscrites. La plateforme italienne Federico lancée par l’université de Naples répertorie 60 cours. Le programme européen pilote EMMA est une plateforme réunissant les MOOC européens (Jordan, 2017).

Selon une étude de 2015, en moyenne 25 000 utilisateurs s’inscrivent à un MOOC. 40 % d’apprenants au maximum finissent le MOOC auquel ils se sont inscrits et seulement 15 % des apprenants complètent leur MOOC (Jordan, 2015).

Des inquiétudes sur des questions de santé publique
et de respect de la dignité humaine se multiplient

Entre 2010 et 2014, le nombre de harcèlements en ligne a augmenté de 4 % (UNESCO, 2017). 7 enfants sur 10 sont victimes de harcèlement en ligne, 1 victime sur 10 fait une tentative de suicide (UN Chronicles, décembre 2016). Les élèves de 16 ans victimes de harcèlement sont deux fois plus susceptibles ne pas bénéficier d’une éducation, et d’avoir des salaires moins élevés (Ellery, F., Kassam, N., & Bazan, C., 2010).

Selon une étude britannique de 2016 effectuée sur un échantillon de 19 millions de tweets, 26 % sont misogynes (52 % de ces 26 % sont rédigés par des femmes), 40 % sont racistes et 2 % sont homophobes. Selon le magistrat Yves Charpenel, les femmes recrutées par Daesh tombent dans des réseaux de prostitution et des ventes d’enchères d’enfants sont organisées sur les réseaux sociaux – il mentionne le cas d’une enfant de 8 ans vendue 4 000 dollars sur Twitter (Charpenel, 2016).

Un impact négatif sur les apprentissages et les résultats scolaires

Selon une étude comparative expérimentale conduite par le MIT sur 726 d’élèves de l’école militaire de West Point passant des tests – un échantillon de ces étudiants dispose d’ordinateurs pour apprendre leurs concepts et un autre n’a pas accès aux ordinateurs –, l’utilisation d’ordinateurs aurait un effet négatif sur les performances scolaires, d’environ 2 points sur 100.

D’autres recherches mettent l’accent sur certains effets collatéraux de l’utilisation du numérique pour construire ou consolider des apprentissages : des difficultés éprouvées par certains élèves pour prendre des notes et se concentrer sur plusieurs tâches (Mueller et Oppenheimer, 2014) et un impact négatif sur les pratiques enseignantes (Aaranson, Barrow, et Sander, 2007).

L’enfermement algorithmique

C’est une des pistes pour expliquer et mieux comprendre l’extrémisme violent et le processus de radicalisation. Dans The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You (2012) et The Filter Bubble: How the New Personalized Web Is Changing What We Read and How We Think (2012), Eli Pariser développe le concept de « bulle de filter” (en anglais “filter bubble”). Ce concept lui sert à établir un lien entre pratiques d’Internet et isolement des utilisateurs.

La logique algorythmique des moteurs de recherches permet d’offrir aux utilisateurs des contenus en lien avec leurs historiques de navigation. L’avantage est de leur proposer des contenus en fonction de leurs intérêts ; le désavantage est de les maintenir dans un espace idéologique, politique et émotionnel homogène dans lequel, pour avoir accès à des contenus contradictoires, de longues recherches sont nécessaires. Ce processus, dans certains cas, peut être un processus facilitateur de l’extrémisme violent et du processus de radicalisation.

À Charleston, Dylan Roof, 23 ans, abat avec 77 balles 9 paroissiens dans l’Église Saint-Emmanuel et déclare être celui qui agit pour le bien commun après avoir consulté pendant plusieurs mois des sites suprématistes blancs (Morlin, Décembre 2016). Dans Combatting Extremism Online (Wallace & Farid, mars 2018), les auteurs soulignent que le terrorisme doit être combattu en ligne de la même manière que l’est la pornographie impliquant des mineurs – Farid ayant préalablement établi un lien entre processus de radicalisation et algorithmes numériques.

*

Trois questions se posent à nos sociétés contemporaines
et aux politiques publiques

• Comment reconnaître les certifications et les compétences développées dans des espaces informels sans dévaluer les diplômes universitaires ?

• Comment faire en sorte que partout sur Terre chaque personne ait accès aux mêmes contenus de formation dématérialisées et gratuitement ?

• Comment concilier accès universel au numérique pour tout, liberté d’expression, tout en protégeant le des personnes vulnérables et le principe de la dignité humaine?

Fabrice Fresse
Evalue, Association des experts évaluateurs de l’Union européenne

 

Voir sur ce site : Numérique et éducation : promesses, espoirs et textes cadres, par Fabrice Fresse.

 

Bibliographie

Aaranson, D. Barrow,L & Sander, W. (2007), Teacher and Student Achievement in Chicago Public Schools. Journal of Labor Economics, 2007, vol. 25, The University of Chicago.

Charpenel, Y. (2016), « Prostitutions : Exploitations, Persécutions, Répressions. Combattre le trafic humain dans un conflit – 10 idées pour agir », Economica

Ditch the Label (2016),Cyberbullying and hate speech : https://www.ditchthelabel.org/research-papers/cyberbullying-and-hate-speech/

Ellery, F., Kassam, N., & Bazan, C. (2010), Prevention Pays : The Economic Benefits Of Ending Violence In Schools, Plan Limited, Surrey.

Eurostat (décembre 2016), Internet access and use statistics – households and individuals : http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Internet_access_and_use_statistics_-_households_and_individuals

Farid, H & Wallace, M. (mars 2018). “Combatting extremism online” : http://www.thirteen.org/openmind/science/combating-extremism-online/5896/

Jordan, K. (2015), « MOOC Completion rates », Class Central. http://www.katyjordan.com/MOOCproject.html

Morlin, B. (décembre 2016), Unrepentant and radicalized online : A Look at the Trial of Dylan Roof, Southern Poverty Law Center : https://www.splcenter.org/hatewatch/2016/12/19/unrepentant-and-radicalized-online-look-trial-dylann-roof

Mueller P., & Oppenheimer, D. (2014), “The Pen Is Mightier Than the Keyboard: Advantages of Longhand Over Laptop Note Taking”, Sage Journal, Thousand Oaks.

OCDE (2015), Pisa 2015, France, OCDE, Paris.

Pariser, E. (2012), The Filter Bubble : What the Internet Is Hiding from You, Viking, New-York.

Pariser, E. (2012), The Filter Bubble: How the New Personalized Web Is Changing What We Read and How We Think, Penguin Books, Londres.

UNICEF (décembre 2017), La situation des enfants dans le monde 2017 – Les enfants dans un monde numérique, UNICEF, New-York.

UN Chronicle (décembre 2016), Cyberbullying and its Implications for Human Right : https://unchronicle.un.org/article/cyberbullying-and-its-implications-human-rights

UNESCO (2017), School Violence and Bullying. Global Status Report, UNESCO, Paris.

UN News (2 mars 2018), Despite decades-long effort, one-in-five children worldwide out of school – UN cultural agency : https://news.un.org/en/story/2018/03/1003961

Payne Carter,S. Greenberg, K. & Walker, M. (mai 2016), “The Impact of Computer Usage on Academic Performance: Evidence from a Randomized Trial at the United States Military Academy”, SEII Discussion Paper, MIT, Boston.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *