Thèmes de culture générale et expression au BTS, session 2014

Les thèmes retenus pour l’enseignement de culture générale et expression en deuxième année de BTS seront les suivants à la session de 2014 :

1. Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique.

2. Cette part de rêve que chacun porte en soi.
[ Ce dernier sujet est traité sur ce site : cliquer ici. ]

 

Texte de la circulaire
NOR : ESRS1301193N 

 

Objet : Thèmes concernant l’enseignement de « culture générale et expression » en deuxième année de BTS. L’arrêté du 16 novembre 2006 définissant les objectifs, les contenus de l’enseignement et le référentiel des capacités du domaine de la culture générale et expression pour les brevets de technicien supérieur paru au Journal Officiel de la République française le 29 novembre 2006 prévoit que deux thèmes sont étudiés en deuxième année de BTS.

L’intitulé, la problématique et les indications bibliographiques de chacun des deux thèmes prévus pour la session 2014 sont présentés en annexe.

À l’issue de la session 2013, la note de service n° ESRS1200359N du 9 janvier 2012 relative aux thèmes concernant l’enseignement de « culture générale et expression »  en deuxième année de BTS pour la session 2013, est abrogée.

 

Thème n° 1

PAROLES, ÉCHANGES, CONVERSATIONS,
ET RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

.

Problématique

Les échanges de paroles tissent les liens dont tout individu a besoin pour trouver sa place dans le groupe, la communauté, la société. Comment les nouvelles modalités de ces échanges prolongent-elles ou, au contraire, bouleversent-elles notre façon de penser la construction de soi, les relations humaines, les interactions avec les autres et avec le monde .

• Écrit/oral

Les échanges de paroles font intervenir une langue particulière, écrite ou orale. Les codes langagiers sont à prendre en compte dans leur diversité : codes spécifiques de l’échange épistolaire, codes de la conversation courante, codes des échanges numériques. Ces derniers brouillent les catégories de l’ écrit et de 1′ oral : les échanges numériques, qui semblent instantanés et éphémères, laissent pourtant des traces tant il est encore vrai que « les paroles s’envolent et (que) les écrits restent». Dans ces conditions, quels codes apprendre, à quelles normes se référer pour communiquer ?

• Privé/public

Par ailleurs, la communication est régie a priori par des critères différents selon le caractère privé ou public de l’échange. Cette distinction semble cependant remise en cause par les réseaux sociaux qui rendent la vie privée accessible à des publics apparemment choisis. Construit-on son identité de la même façon dans un espace protégé – celui de la famille ou d’un cercle d’amis proches – et dans un réseau social ouvert ? Peut-il y avoir encore de la spontanéité dans les échanges ?

• Professionnel/amateur

Qui détient une parole légitime ? Les frontières se brouillent entre la parole des experts, la parole reconnue, et la parole de tous et de chacun. Les blogs contribuent à forger les opinions. Ne risque-t-on pas de perdre la qualité professionnelle de l’appréciation portée sur une information ?

Lieu de pouvoirs/espace démocratique

Du fait du brouillage des codes, la conversation sur Internet nivelle les relations hiérarchiques en rendant tout un chacun apparemment accessible. Chacun peut entrer dans une discussion, connaître la pensée de l’autre ou progresser dans la sienne grâce aux interactions entre plusieurs interlocuteurs. Les nouveaux moyens de communication permettent aussi de se constituer en lobbys pour influencer une décision, contourner les médias officiels, pour faire entendre une autre voix, résister à des pouvoirs autoritaires. Mais ces mêmes moyens peuvent être le lieu où se renforce l’expression d’un groupe de pression, qui diffuse des affirmations sans citer ses sources, fausse les informations, avec une efficacité redoutable. Les nouveaux moyens de communication aident-ils à mieux exercer la citoyenneté ?

Proximité/distance

Les lieux de communication traditionnels (la salle de banquet, le café, les salons… ) influent sur l’échange. La relation entre interlocuteurs est réinterrogée par les nouvelles technologies. En présence ou à distance (par la lettre, le téléphone, le mél, les messageries et le contact vidéo), qu’est-ce qui se joue dans ces formes de dialogue? Quels changements, quels gains, apportent les relations virtuelles par rapport aux relations directes en face à face ?

• Continuité/discontinuité

La facilité des échanges, qui reposent sur des moyens techniques en permanence disponibles, permet une relation ininterrompue. Or se donner le temps de la réflexion, prendre de la distance avant de poursuivre et de revenir à une situation, et dans cette interruption, avoir mûri, progressé, organisé sa pensée, permet de mieux fonder son jugement. Cette manière de former ses idées a-t-elle encore un sens à l’heure des échanges spontanés, permanents, continus? Le temps de la réflexion est-il le garant indispensable de la qualité de l’échange ?

 

Indications bibliographiques

Ces indications ne constituent en aucun cas un programme de lectures. Elles sont des pistes et des suggestions pour permettre à chaque enseignant de s’orienter dans la réflexion sur le thème et d’élaborer son projet pédagogique.

• Littérature

I. Asimov, Face aux feux du soleil, 1957
D. Daeninckx, Camarades de classe, 2008
Ph. Delerm, Quelque chose en lui de Bartleby, 2009
W. Gibson, Neuromancien, 1985
J. Franzen, Freedom, 2011
G. Feydeau, La Puce à l’oreille, 1907
E. Ionesco, La Cantatrice chauve, 1950
La Bruyère, Les Caractères,« De la société et de la conversation », 1688
D. Glattauer, Quand souffle le vent du nord, 2011
S. Larsson, Millenium, 2005-2007
Molière, Les Précieuses ridicules, 1659 ; Le Misanthrope, 1665 ; Les Femmes savantes, 1672
M. Proust, Du côté de chez Swann, «Un amour de Swann », 1913
Y. Réza, Conversations après un enterrement, édition 2004 ; Le Dieu du carnage, 2008, repris au cinéma par Roman Polanski (Carnage, 2011)
N. Sarraute, Les Fruits d’or, 1963 ; Pour un oui ou pour un non, 1982
W. Shakespeare, Beaucoup de bruit pour rien, 1600

 

• Essais

Books, dossier « Cinq cent millions d’amis», octobre 2010
La Conversation, collection « Mutations », Autrement, 1999
Internet et les réseaux sociaux, La Documentation Française, 2011
« Nos vies numériques », Sciences humaines, n° 229, août-septembre 2011
D. Cardon, La démocratie internet : promesses et limites, Le Seuil, 2010
A. Casilli, Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, 2010
Y. Citton, L’avenir des humanités, Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation, 2010
M. Doueihi, La grande conversion numérique, 2008
P. Flichy, Le sacre de l’amateur: sociologie des passions ordinaires à l’ère du numérique, 2010
M. Fumaroli, Trois institutions littéraires, 1994 ; Quand l’Europe parlait français, 2001
E. Godo, Une histoire de la conversation, 2003
E. Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, « Que sais-je ? », PUF, 2007
P. Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, 2004 ; 3°éd. 2011

 

Films, séries télévisées

Mary and Max, Adam Elliot, 2009
Vous avez un message, Nora Ephron, 1998
The socialnetwork, David Fincher, 2010
L’Esquive, AbdellatifKechiche, 2004
Ridicule, Patrice Leconte, 1996
Carnage, Roman Polanski, 2011 (repris de la pièce de Yasmina Réza, Le dieu du carnage)
Le scaphandre et le papillon, Julian Schnabe1, 2007
Denise au téléphone, Hal Salwen, 1995
Catfish, Hemy Joost, Ariel Schu1man, 2010
Contagion, Steven Soderbergh, 2011
Bref  (Canal +)
Les Deschiens («Le Bavard»)
Friends

 

• Sites Internet

Blogs des quotidiens de la presse écrite :

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SOCIO_001_0025 : « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux » (Fabien Granjon, Julie Denouël)

http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=SOC&ID_NUMPUBLIE=SOC 079&ID ARTICLE=SOC_079_0075&FRM=N&REDIR=l : « Smatt mohs, Les communautés intelligentes mobiles comment reconnaître le futur quand il vous tombe dessus ? » (Howard Rheingold)

prospective-numerique.gouv.fr/place.publique

http://www.eduscol.education.fr/pid25134/seminaire-metamorphoses-livre-lecture.html : « La rémanence du livre dans les nouveaux dispositifs de communication » (Valérie Jeanne-Perrier) ; «Un nouvel imaginaire de lecture à travers ses représentations visuelles » (Julia Bonaccorsi)

 

• Mots clés

Correspondance, billet, lettre, carte postale, télégramme, message, texto, SMS, Internet, réseaux sociaux, blog, Twitter, Facebook, Skype.
Conversation, dialogue, échange, communication, fonction phatique, fonction expressive, fonction impressive.
Manuel de conversation, code, civilité, politesse, transgression, abréviation, phonétique, smiley, orthographe, norme.
Parler, discuter, argumenter, affirmer, écouter, réfléchir, réagir, contredire, admettre, nuancer,
Se dévoiler, se confier, s’épancher, être sincère, mentir, s’exposer, se vanter, page personnelle, profil, narcissisme, altérité, identité.
Colporter, diffuser, divulguer, propager, créer le buzz, rumeur, information, qu’en-dira-t-on, réputation, cancans, ragots, marketing viral.
Intimité, anonymat, silence, protection de la vie privée, confidentialité, discrétion, secret, meuble secrétaire, pudeur.
Vitesse, immédiateté, temps réel, spontanéité, retenue, réserve, atermoiement, procrastination.
Ami, association, coterie, cercle, club, communauté, forum de discussion, réseaux sociaux.
Élégance, préciosité, affectation, naturel, franchise, ostentation.

 

• Expressions

Tourner sa langue sept fois dans sa bouche, avoir l’esprit d’escalier, saisir la balle au bond, parler pour ne rien dire, répondre du tac au tac, tourner autour du pot, mdr, loi.

 

Thème n°2

CETTE PART DE RÊVE QUE CHACUN PORTE EN SOI

.

Problématique

Le rêve se définit spontanément par opposition à la réalité. Il est généralement tenu pour une parenthèse de la conscience, une phase particulière du sommeil. Mais il renvoie aussi à la représentation idéale de ce que chacun désire et voudrait peut-être réaliser. La part de rêve que chacun porte en soi semble pouvoir libérer de réalités douloureuses, monotones ou ennuyeuses et aider ainsi à orienter autrement sa vie, à la redessiner dans un ailleurs et un futur plus ou moins proches. Le rêve stimule l’individu qui ne se satisfait pas de ce qu’il est et de ce qu’il a. Il élargit les possibles.

Multiples sont les éveilleurs de rêves (lieux, objets, personnes, sensations…). Les œuvres d’imagination sont aussi propices à la rêverie, elles permettent de se transporter dans d’autres espaces, d’autres époques, d’autres personnages. Cependant, le rêve risque de couper du réel et d’amener à ne vivre que de chimères ou de fantasmes qui empêchent d’agir dans le monde et de mener sa vie. En ce sens, il est parfois dénigré comme perte de temps, fuite des responsabilités. Quelle patt de rêve préserver dans un monde soumis à l’efficacité et à la rentabilité immédiates ?

C’est tout autant l’être que l’avoir qui sont concernés par le rêve : rêves d’objets de consommation, rêves de luxe, rêves de ce que les nouvelles technologies autorisent, rêves d’une identité autre, plus belle, plus forte, plus grande. Ces aspirations induisent un idéal patté par le rêve, facteur d’élévation et de sublimation de chacun, force de création et d’innovation. Cet idéal n’est cependant pas le même pour tous. Tel individu ne pourra-t-il pas trouver médiocre ce que tel autre pense être à sa mesure ?

Quelle est la part intime et vraiment personnelle de ce rêve qui nous porte ? Partagé par un groupe ou par l’ensemble d’une société, le rêve peut devenir utopie et donner à chacun comme à tous des raisons de vivre et d’espérer. Mais l’optimisme utopique ne risque-t-il pas de porter atteinte à la part de rêve et de libetté que chacun porte au plus profond de soi ?

 

Indications bibliographiques

Ces indications ne constituent en aucun cas un programme de lectures. Elles constituent des pistes et des suggestions pour permettre à chaque enseignant de s’orienter dans la réflexion sur le thème et d’élaborer son projet pédagogique.

• Littérature

André Breton, Nadja
Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles
Eri de Luca, Montededio
Grégoire Delacourt, La liste de mes envies
Robert Desnos, « J’ai tant rêvé de toi», C0rps et biens
Fatou Diome, Le Ventre de l’Atlantique
Victor Hugo, Booz endormi, La pente de la rêverie
Martin Luther King, I have a dream
La Fontaine, «La laitière et le pot au lait » ; « Les Souhaits »
Haruki Murakami, 1 Q84 et Kafka sur le rivage
Nerval, Aurélia
Georges Perec, Les Choses
Arthur Rimbaud, «Rêvé pour l’hiver »et «Aube »
J. K. Rowling, Harry Patter (le miroir, le patronus)
Jean-Paul Sartre, Les mots (rêveries enfantines)
Jules Vallès, L’enfant (rêveries autour de Robinson Crusoë)
Paul Verlaine, « Mon rêve familier »
Virgile, Énéide (rêves de Didon et d’Enée, chant IV)

 

• Essais

Gaston Bachelard, L’Air et les songes, La poétique de la rêverie
Charles Baudelaire, «La reine des facultés » in Salon de 1859.
Sigmund Freud, L ‘interprétation du rêve
Neal Gabler, Le royaume de leurs rêves
Nancy Huston, L’espèce fabulatrice
Albert Jacquard, Mon utopie
Édgar Morin, Le cinéma ou l’homme imaginaire
Jean-Bertrand Pontalis, Le dormeur éveillé

 

• Films, documents iconographique

La Rose pourpre du Caire, Woody Allen
Big fish, Tim Burton
La vie est belle, Frank Capra
Reality, Matteo Gmrone
Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Michel Gondry
Rêves, Aki Kurosawa
Mulholland Drive , David Lynch
Inception, Christopher Nolan
Marry Poppins, Robert Stevenson
Stalker, Andréi Tarkovski
Les Daguerréotypes (scène finale des rêves), Agnès Varda
Total recall, Paul Verhaeren (roman de Philip K. Dick, Souvenirs à vendre)

Marc Chagall
Salvador Dali
Giorgio de Chirico
Paul Delvaux
Douanier Rousseau
Caspar David Friedrich
Paul Gauguin
René Magritte
Dreamlands – Des parcs d’attraction aux cités dujittur (catalogue de l’exposition du Centre Pompidou, 2010)

 

Musique, chansons

Robert Schumann, Rêverie
Franz Listz, Liebestrazïme
Claude Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune
Dominique A, La relève
Charles Aznavour, J’m’voyais déjà
Jacques Brel, La quête
Claude Dubois, J’aurais voulu être un artiste (le blues du businessman)
John Lennon, Imagine
Claude Nougaro, Le Cinéma
Téléphone, Un autre monde
Boris Vian, La complainte du progrès
Laurent Voulzy, Le rêve du pêcheur

 

• Sites Internet

Base de textes pour l’étude des rêves dans les textes littéraires : http://www.reves.ca/index.php

Exposition BNF « Utopie. La quête de la société idéale en Occident » : http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm

 

• Mots clefs

Rêve, rêverie, songe, méditation, fantasme, chimère, illusion, mirage, fantasmagorie
Imaginaire, irréel, merveilleux, paradisiaque, fabuleux, bovarysme, symbolisme, surréalisme, onirisme
Imaginer, rêvasser, divaguer, délirer, déraisonner
Enchantement, idéal, utopie
Jardin secret, for intérieur
Doux rêveur, songe-creux, faire de beaux rêves, être dans les nuages, être dans la lune, réaliser un vieux rêve, rêver tout éveillé,
Pays du rêve, rêve américain, pays de Cocagne, le rêve de l’Orient, Eldorado
L’herbe est toujours plus verte dans le pré d’à côté, faire des châteaux en Espagne

 

Télécharger la circulaire.

 

Pierre Pachet

 » Le rêve que chacun porte en soi. »Entretien avec Pierre Pachet

 

Un dossier à consulter sur ce site :

Le rêve que chacun porte en soi,
entretien avec Pierre Pachet.

• Faire une recherche
dans les Archives de l’École des lettres.

• Consulter le site des éditions Globe qui proposent des ouvrages rencontrant les centres d’intérêt des étudiants de BTS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *