Illettrisme, difficultés linguistiques : quelles réponses sur le territoire francilien ?

Le MOTifLe MOTif, observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France, organise, en partenariat avec l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme), une journée professionnelle sur l’illettrisme, et plus largement sur les difficultés linguistiques le jeudi 10 septembre 2015 à l’Archipel, Paris VIIIe.

Décrétée « Grande cause nationale » en 2013 par le Premier ministre, la lutte contre l’illettrisme connaît depuis des avancées majeures. Pour autant, sur les territoires, les professionnels et acteurs locaux peinent à comprendre et identifier le phénomène de l’illettrisme, souvent confondu avec les besoins d’apprentissage de la langue française, eux-mêmes importants en Île-de-France.

 

Lire la suite

Les Journées nationales d’action contre l’illettrisme

Agir ensemble contre l'illettrismeAujourd’hui en France, 2 500 000 personnes, soit 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans, ne maîtrisent pas les compétences de base nécessaires en lecture, écriture et calcul pour être autonomes dans des situations simples de leur vie quotidienne, après avoir été scolarisées : écrire un message, lire le carnet scolaire de leurs enfants, comprendre une notice de médicament, une consigne de travail ou de sécurité, utiliser un distributeur automatique de billets, lire un plan, faire un calcul… autant d’actes simples du quotidien qui sont pour elles synonymes de gêne.

Ces personnes ont en commun de cacher leurs difficultés, de ne pas oser dire qu’elles ne savent pas lire ou écrire alors qu’elles ont été scolarisées. Et pourtant, il est possible de réapprendre quel que soit son âge.

Lire la suite

Le rôle de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme. Entretien avec Hervé Fernandez

Agence nationale de lutte contre l'illettrismeL’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) a été créée en 2000, à la suite de la publication du rapport de Marie-Thérèse Geffroy évaluant les actions menées par le Groupe pour la lutte contre l’illettrisme (GPLI), fondé en 1984. L’ANLCI reprendra le flambeau avec, à sa tête, Marie-Thérèse Geffroy.

Maintenant un lien fort avec les partenaires et les acteurs impliqués, l’Agence fédère toutes les initiatives qui concourent à la réduction de l’illettrisme et insiste sur la prévention. À l’époque de ce changement, entre 1998 et 2000, le ministère de la Défense estimait à 1, 8 million le nombre d’illettrés en France, alors que l’INSEE en comptait déjà 2, 3 millions.

En 2004, l’INSEE en dénombrait 3 millions, contre 2, 5 millions en 2011. Hervé Fernandez a bien voulu préciser à L’École des lettres le rôle de l’Agence dont il est le directeur.

Lire la suite

L’actualité littéraire, culturelle et pédagogique dans « l’École des lettres »

L'École des lettresL’actualité littéraire, culturelle et pédagogique décryptée pour vous par la rédaction de l’École des lettres :

• Broadway limited, de Malika Ferdjoukh, une plongée dans l’âge d’or d’Hollywood.

• Portrait d’un personnage mythique, Dante Alighieri.

• Une nouvelle traduction du Roman de Merlin, de Robert de Boron.

• Tatiana de Rosnay biographe de Daphné du Maurier.

• Relecture d’un roman « orientaliste » et de ses critiques, Soumission, de Michel Houellebecq.

• Taxi Téhéran, de Jafar Panahi, Ours d’or à Berlin.

• Une réflexion sur les enjeux de la réforme du collège — à laquelle nous vous invitons à participer.

• Présentation de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme.

• Des conseils pratiques pour soutenir les élèves en situation de décrochage scolaire…

 

 

Lire la suite

Des mots pour exister

"21 jours... au cœur de l'illettrisme", réalisé par Alexandra Alévêque et Philippe Lagnier © France 2

« 21 jours… au cœur de l’illettrisme », réalisé par Alexandra Alévêque et Philippe Lagnier © France 2

France 2 diffusait, mardi 16 décembre, un reportage d’Alexandra Alévêque, 21 jours… au cœur de l’illettrisme. Pendant ces vingt-et-un jours, la journaliste Alexandra Alévêque a animé des ateliers de lecture, d’écriture et de mathématiques, au sein de l’association « Mots et Merveilles » à Aulnoye-Aymerie, dans le nord de la France.

Elle y a rencontré un petit groupe de personnes qui ont grandi sans avoir acquis les connaissances de base en français et en mathématiques et qui ont accepté de se livrer. Un homme a cependant souhaité garder l’anonymat et explique, sous le regard bienveillant d’Alexandra Alévêque, la honte qu’il éprouve de ne pouvoir lire et écrire « comme tout le monde ».

Lire la suite

Les formateurs FLE, Alpha, RAN, LCI : une espèce en voie d’ubiquité

Affiche éditée par un centre social

Affiche éditée par un centre social

En France, un enseignant de français langue étrangère est appelé à intervenir dans de multiples cadres: mairies, centres de formation, centres sociaux, écoles de langues, associations, entreprises de sous-traitance qui proposent des cours particuliers ou collectifs.

Il y apprend à enseigner la langue auprès d’un public très divers : signataires du «contrat d’accueil et d’intégration » (analphabètes et migrants scolarisés ou diplômés), Français en situation d’illettrisme, analphabètes francophones, cadres expatriés, remise à niveau de salariés ou de demandeurs d’emploi français (RAN), etc. Diplômé bac + 4 ou + 5, qu’il ait peu ou beaucoup d’expérience, il se voit constamment proposer des contrats très précaires : CDD, CDDU ou statut d’auto-entrepreneur à des taux horaire dérisoires.

Tout enseignant quelque peu aguerri sait distinguer ces publics et en connaît les spécificités pédagogiques ou ne tarde pas à les découvrir. Trop souvent pourtant, pour des questions de logistique et de financement, ces publics se retrouvent dans un même cours avec un unique enseignant qui doit alors jongler avec des niveaux et des attentes tout à fait hétérogènes.

Lire la suite

Dis-moi comment tu écris, je te dirai qui tu es

Dis-moi comment tu écris, je te dirai qui tu es

Le responsable du pôle illettrisme du Centre de ressources emploi formation de Haute-Normandie, Jean-Philippe Mercier, et son équipe réunissaient, mardi 9 septembre 2014, universitaires et professionnels de la formation linguistique pour adultes, afin de débattre sur L’apprentissage du « français écrit » pour les publics adultes relevant des situations d’illettrisme et/ou du français langue étrangère.

Labellisés « Agir ensemble contre l’illettrisme » par l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, groupement d’intérêt public fondé en 2000, ces échanges entre linguistes et enseignants ont permis aux premiers de mieux cerner les problématiques soulevées sur le terrain, dans les salles de cours, et aux seconds de questionner et d’affiner leur perception de la langue ainsi que les pratiques orthographiques, si différentes selon le niveau, le pays et la langue de scolarité des apprenants.

Lire la suite