Collège 2017, le retour du bon sens ?

La réforme des collèges a-t-elle vécu ? Il semblerait que ce soit le cas et les collègues qui s’en plaignent ne devraient pas être pléthore. La réduction des EPI est une bonne nouvelle, elle a engendré des heures de concertations stériles, des projets qui n’ont enthousiasmé que leurs initiateurs et se sont achevés dans une indifférence générale révélatrice.

Quand je cherche en fin d’année les appréciations dévolues aux élèves qui ont travaillé les dits EPI, je constate qu’elles ont été omises sur la majorité des livrets. Le collègue de mathématiques compte sans doute sur le collègue de physique pour les reporter et réciproquement.

Quand les élèves de troisième de mon établissement (plus de deux cents élèves) ont dû présenter leur oral de fin d’année, ils n’étaient en moyenne que deux à trois par classe à choisir les EPI comme support de leur présentation. La plupart ont préféré se concentrer sur leur expérience en entreprise et réaliser un exposé portant sur leur « parcours d’orientation ».

Lire la suite

Collège 2017 : d’une utopie égalitaire à une utopie libérale ?

COLLÈGE 2017Par le canal des associations de professeurs de langues anciennes, par la voie des syndicats enseignants, par les sites professionnels ou spécialisés, l’information est parvenue à tous : le retour à la liberté des enseignements facultatifs du latin au cycle 4, le retour au classes bilangues au cycle 3 et l’assouplissement  du « carcan des EPI ».
Le moins que l ‘on puisse dire c’est que le dénommé « aménagement » de la réforme du collège a été rapide, discret (peu médiatisé) et sans discussion. Tout le contraire de la réforme qui avait été longue à mettre en place, publique, et abondamment discutée. Pas même de véritable temps de mise à l’épreuve ou d’évaluation.
Les enseignants, après bien du temps passé à imaginer  le travail collectif à faire en EPI, se voient inviter à tout abandonner et à revenir aux anciens modes de fonctionnement. Il était urgent de restaurer…

Lire la suite

Innover pour une école plus juste et plus efficace

Innover pour une école plus juste et plus efficaceIl y a à peine un mois, dans l’indifférence générale, le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (CNIRE), créé en 2013 à la demande du ministère de l’Éducation nationale, remettait son dernier rapport sur les pratiques innovantes.

Ici encore l’objectif – celui qui a été le mot d’ordre du ministère durant tout ce quinquennat – était de lutter contre les inégalités sociales, considérées comme la première et principale tare de notre système éducatif. Dans cet esprit, le comité a voulu mettre l’accent sur les innovations collectives plus que sur les initiatives individuelles, recherchant les effets sur le grand nombre plus que sur des publics privilégiés.

Enfin loin de vouloir prescrire, les rapporteurs se sont voulus observateurs de l’existant, conscients de deux freins au développement optimal de l’innovation : d’une part le sentiment désagréable chez les enseignants d’une injonction officielle à innover, de l’autre l’inévitable encadrement hiérarchique comme les CARDIE ou DRDIE, souvent jugé lourd et décourageant.

Lire la suite

Faut-il sauver l’attention ? Dialogue entre neurosciences et pédagogie

Faut-il sauver l'attention. Dialogue entre neurosciences et pédagogieEn 2017, les enfants de quatre à six ans passent chaque jour plus de deux heures devant un écran. Sollicitée par un monde hyperconnecté, l’attention est devenue un bien précieux, le fameux « temps de cerveau disponible » qui fait polémique.

Pourtant, tablettes et smartphones ont investi les espaces de transmission de savoir. En France, l’Éducation nationale envisage de doter chaque élève d’une tablette en classe de cinquième. L’école jouerait-elle contre son camp ?

Lire la suite

« Lire est le propre de l’homme. De l’enfant lecteur au libre électeur »

Dessin d'Alan Mets in "Lire est le propre de l'homme"

Dessin d’Alan Mets in « Lire est le propre de l’homme » © l’école des loisirs, 2012

L’école des loisirs a publié voici quelque temps un recueil de témoignages et réflexions de cinquante auteurs et illustrateurs pour l’enfance et la jeunesse.

Ce manifeste de 192 pages, disponible gratuitement, très largement diffusé, se propose de rappeler l’importance du livre dans le développement de l’enfant et de l’adolescent, ainsi que le lien vital qui existe entre lecture, éducation, liberté et, donc, démocratie.

Comme le souligne Marie-Aude Murail, « ce n’est pas la lecture qui est en danger, ce sont les illettrés ».

Car l’enjeu est bien là : c’est l’éducation du sens critique qui donne aux lecteurs la possibilité de choisir et leur assure d’être des femmes et des hommes libres demain.

l’École des lettres

Lire la suite

L’attractivité du métier d’enseignant

L'attractivité du métier d'enseignant en question

Dans un essai publié en 2015, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité, Yuval Noah Harari soutient que les hommes ont crée des sociétés grâce à  l’invention de réalités imaginaires, de fictions fédératrices, politiques ou religieuses, objets de rassemblements et de croyances communes, comme s’il était plus facile d’agir collectivement pour ce que l’on croit que pour ce que l’on voit.

L’éducation est sans doute l’une de nos plus puissantes fictions, objet de toutes les attentions et otage de toutes les imaginations.

Loin du mythe de l’enseignement, le rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), publié en novembre dernier, rappelle toutefois quelques réalités sur l’attractivité du métier d’enseignant qu’il ne faut peut-être pas oublier en cette période électorale si fertile en déclarations fantaisistes sur l’école.

Lire la suite