Nouveaux programmes : les premières propositions de «l’École des lettres»

 L'École des lettres 1, 2016-2017Au sommaire du numéro de rentrée

.

TROIS ÉCRIVAINS POUR LA JEUNESSE
DIALOGUENT AVEC DES PROFESSEURS STAGIAIRES

.

Rencontre avec les professeurs stagiaires de l'ÉSPÉ de Paris

Rencontre avec les professeurs stagiaires de l’ÉSPÉ de Paris

Dossier la littérature de jeunesse à l’école et au collège. Rencontre avec Sophie Chérer, Brigitte Smadja et Xavier-Laurent Petit à l’ÉSPÉ de Paris

Rencontre animée par Antony Soron, Marianne Berissi, Blandine Longhi

Le 13 avril 2016, à l’invitation d’Antony Soron, maître de conférences responsable du parcours Lettres à l’ÉSPÉ de Paris-Sorbonne, Sophie Chérer, Brigitte Smadja et Xavier-Laurent Petit, romanciers pour la jeunesse, sont venus rencontrer les enseignants en formation sur le site Molitor.

À des titres divers, tous trois sont en contact régulier avec des classes. En tant qu’écrivains, ils les rencontrent régulièrement, animent des ateliers d’écriture, comme Sophie Chérer, ou, comme Brigitte Smadja et Xavier-Laurent Petit, ont été eux-mêmes enseignants. De quoi nourrir de riches échanges avec un public de jeunes professeurs…

Lire le dossier

.

THÉÂTRE / PEINTURE

.

"Shakespeare, "Roméo et Juliette", "Classiques abrégés"Initiation au commentaire composé en troisième : « Roméo et Juliette», de Shakespeare / « Juliette ou le collier bleu », de John William Waterhouse, par Stéphane Labbe

Avec Roméo et Juliette, Shakespeare critique le sort réservé aux femmes de son époque, suggérant que la tragédie naît de la claustration qui régit la vie des jeunes filles bien nées. Juliette, à l’aube de sa vie de femme, se voit niée et foulée aux pieds par des adultes impitoyables. L’étude qui suit, un commentaire de la scène 5 de l’acte III (collection « Classiques abrégés », l’école des loisirs, 2006), pourra s’inscrire, en classe de troisième, dans un groupement de textes consacré à la condition féminine au XVIIe siècle et servira de contrepoint à la dimension satirique d’extraits choisis dans les œuvres de La Bruyère, Molière et Fénelon, le tragique ayant aussi vocation à « dénoncer les travers de la réalité ».

Le tableau de John William Waterhouse intitulé Juliette ou le Collier bleu permettra de montrer comment un peintre de la fin du XIXe siècle, s’emparant d’une figure mythique, parvient, avec les moyens d’expression propres à son art, à faire ressortir la dimension tragique du personnage. L’étude pourra s’intégrer dans un travail interdisciplinaire convoquant les arts plastiques. Rappelons que, dans le cadre des EPI, il est recommandé d’interroger le sens du portrait : notre réflexion se développe aussi au cœur de cette problématique.

Lire la suite

.

DU ROMAN À LA BANDE DESSINÉE

.

"Tempête au haras", de Christophe Donner et Jérémie Moreau, Rue de Sèvres« Tempête au haras », de Christophe Donner & Jérémie Moreau, par Olivier Dufaut et Ophélie Praly

Publié en 2012, Tempête au haras (collection « Neuf », l’école des loisirs) est un roman initiatique, proche du conte et de la leçon de vie, qui comporte aussi des résonances sociales et médiatiques. Comment grandir lorsque l’on est différent ? En posant cette question essentielle, Christophe Donner aborde avant tout le thème du handicap, sans tomber dans l’apitoiement. Tolérance, dépassement de soi, rapport enfant-animal (qui frôle parfois le merveilleux), sport équestre, journalisme, amour comptent parmi les autres thèmes évoqués dans ce livre.

Passionné de courses hippiques, Jean-Philippe vit avec ses parents dans un haras en Normandie. La famille et M. Schmidt, le propriétaire allemand des lieux, espèrent que Belle Intrigante mettra un jour au monde un crack, c’est-à-dire un cheval imbattable dans toutes les courses. Mais un poulain imprévisible brise la colonne vertébrale du jeune garçon et son rêve de devenir jockey. Handicapé, Jean-Philippe apprendra à se battre contre la discrimination, le voyeurisme des médias, l’opportunisme des jockeys en vogue et découvrira, aussi, la désillusion amoureuse.

L’adaptation du roman en bande dessinée par Jérémie Moreau (Rue de Sèvres, 2015) se fonde sur un scénario qu’il a coécrit avec Christophe Donner lui-même. Le roman comme la BD peuvent être étudiés avec des élèves du cycle 3 (CM2 et sixième) ou bien en cinquième, notamment dans une approche interdisciplinaire français / arts plastiques, dans le cadre d’un EPI dont la réalisation finale serait l’adaptation d’un chapitre du roman en bande dessinée. Mais Tempête au haras peut également être abordé en histoire des arts, EMC (respect des différences), EPS (sport équestre), orientation (scolarisation des élèves handicapés), EMI (couverture médiatique des événements sportifs) et éducation à l’image.

En distinguant les deux supports fictionnels, nous proposerons des pistes d’analyse et étudierons leurs points communs, leurs différences, leurs spécificités à travers trois épisodes essentiels de l’intrigue : la naissance, le drame, la balade nocturne.

Lire la suite

.

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE,
SES COMMÉMORATIONS ET LA PLURIDISCIPLINARITÉ

.

Première Guerre mondiale. CamouflageLe Centenaire, laboratoire des EPI, par Alexandre Lafon

Le cycle du Centenaire de la Première Guerre mondiale, amorcé en 2013, est l’occasion privilégiée d’une réflexion approfondie sur l’enseignement de l’histoire et la place des commémorations à l’école. Il offre aussi, plus largement, l’opportunité de penser la pluridisciplinarité au moment de la mise en place des nouveaux programmes de collège.

La Mission du Centenaire, chargée de mettre en oeuvre les commémorations de la Grande Guerre, s’est employée à élaborer une action pédagogique spécifique en direction de l’ensemble de la communauté enseignante. En effet, comment rendre compte auprès des élèves des multiples enjeux de compréhension de l’événement et de sa présence contemporaine dans le champ scolaire, politique et culturel ?

 

Dans ce cadre, le processus de transmission des mémoires et de l’histoire de la Première Guerre mondiale devait emprunter un cheminement qui ne se limitait pas uniquement à la sphère disciplinaire du cours d’histoire. Il semblait nécessaire de faire de la Grande Guerre et de ses commémorations un objet scolaire commun, intégré dans l’ensemble des dispositifs pédagogiques proposés par l’école.

L’action pédagogique engagée s’est ainsi orientée vers une approche résolument interdisciplinaire et inter-degrés.

Lire la suite

.

CONCOURS

.

Dis-moi dix mots sur la toileL’Imagier des dix mots & le Concours des dix mots 2016-2017

La onzième édition du Concours des dix mots, dont l’École des lettres est partenaire depuis sa création, illustre la manière dont le français s’adapte à des technologies et à des usages numériques en constante évolution, en s’enrichissant de sens nouveaux, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une autre langue.

La quasi-totalité des mots choisis transpose dans l’univers numérique des réalités ou des pratiques empruntées au monde physique : canular, avatar, nuage, pirate… Toutefois, dans quelques cas, les mots existants ne suffisent pas à désigner ces usages. La langue française se prêtant à l’invention, des termes nouveaux ont alors été créés, comme émoticône, pour illustrer sur l’écran nos sentiments ou émotions, ou télésnober pour désigner le fait de regarder son téléphone ou son ordinateur portable quand un interlocuteur s’exprime.

Si l’on ne peut pas tout dire sur la Toile, tout peut se dire en français !

Lire la suite

 .

PÉDAGOGIE PRATIQUE

.

Le bulletin scolaireLe bulletin scolaire, un modèle à repenser, par Pascal Caglar et Antony Soron

Les ultimes recommandations concernant le bulletin scolaire remontent à la fin des années 1990 lorsque Ségolène Royal, alors ministre déléguée chargée de l’Enseignement scolaire, lança le programme « Collège pour les années 2000 ». Depuis cette date, les préoccupations ministérielles se sont davantage tournées vers le socle commun de connaissances, de compétences et, désormais, de culture.

Néanmoins, force est de constater que dans les faits, de nos jours comme il y a vingt-cinq ans, c’est bien le bulletin scolaire et non le livret personnel accompagné des outils d’évaluation du socle qui demeure le principal indicateur du travail des élèves aux yeux des différents partenaires : parents, enfants, professeurs et chefs d’établissement.

Cette prééminence incontestée du bulletin tient d’évidence à son ancrage dans la tradition scolaire. À l’égal du baccalauréat, il fait figure de symbole du système d’évaluation hexagonal, indéfectiblement lié au conseil de classe et à la communication avec les familles.

Le bulletin trimestriel demeure, quasi unanimement, la référence évaluative absolue, à la fois socle de tout bilan et élément inducteur de tout dialogue et/ou de toute discussion. D’où, à une époque de remise en question des modalités évaluatives, la nécessité de revenir à la circulaire du 15 juillet 1999 dont l’un des axes visait à restituer au bulletin une fonction d’indicateur à valeur moins anxiogène.

Lire la suite

.

DIDACTIQUE

.

Les compétences globalesDe nouvelles compétences pour 2018 : les compétences globales, par Viviane Devriésère, vice-présidente de l’Association des experts européens de l’agence Erasmus +

Dans nos sociétés multiculturelles, divisées, où se développent tensions, incompréhension et communautarisme, le « vivre ensemble » est plus que jamais nécessaire. C’est la raison pour laquelle les tests PISA, qui font toujours écho aux évolutions des sociétés, donneront une place centrale, en 2018, aux « compétences globales ».

Ces dernières sont indispensables pour vivre et travailler ensemble. En effet, les élèves, dans le monde de demain, seront amenés à travailler dans des groupes multiculturels, mais aussi à être mobiles et à exercer leur profession dans d’autres pays. Ces compétences seront donc essentielles dans la réussite de leur vie sociale et professionnelle.

« Si les jeunes ont à coexister et à interagir avec des personnes d’autres religions et d’autres pays, il sera vital qu’ils aient des attitudes ouvertes et flexibles, ainsi que des valeurs qui les unissent autour de leur humanité commune » (Andreas Schleicher, Global Competency for an Inclusive World, OCDE, 2016). Le concept de « compétences globales » fait ainsi suite à celui de « compétences », entré depuis plusieurs années déjà dans l’école via le socle commun.

Lire la suite

.

LES PROFESSEURS DOCUMENTALISTES
DANS LE NOUVEAU COLLÈGE

.

8-professeurs-documentalistes« Beaucoup de possibles… mais peu de moyens », par Florian Reynaud, président de l’APDEN

La réforme du collège apporte, en partie, au corps des professeurs documentalistes des évolutions positives dans leur exercice professionnel, leur permettant, entre autres, de répondre à leur mission pédagogique.

Ainsi, leur statut d’enseignant étant acté depuis 1989 par le CAPES de documentation, ils ont été intégrés, lors de la refonte des décrets statutaires des personnels, aux enseignants qui relevaient du décret de 1950. Par ailleurs, cette appartenance a été réaffirmée dans le référentiel des compétences professionnelles, les professeurs documentalistes partageant les mêmes compétences que leurs collègues des autres disciplines, plus quelques éléments spécifiques relevant de leurs axes de mission, notamment le rattachement à un domaine d’enseignement, la culture de l’information et des médias, que l’on retrouve concrètement dans les programmes à travers l’Éducation aux médias et à l’information.

Toutefois, les derniers textes de cette réforme, et particulièrement ceux de 2015, se font plus timides dans l’amélioration des conditions de travail de ces enseignants, qui restent sans horaires dédiés avec les élèves pour assurer leurs apprentissages et sans une pleine reconnaissance de leur travail d’enseignement eu égard au temps nécessaire à sa préparation et à son évaluation.

Lire la suite

.

LE MULTILINGUISME EN EUROPE
HIER ET AUJOURD’HUI

.

L'avenir du multilinguisme en EuropeUn idéal qui est devenu un défi, par Annie Lhérété, membre associé du Conseil européen pour les langues

La devise « The more languages you know, the more of a person you are » (« Plus tu connais de langues, plus tu es humain») a présidé à la première définition très idéaliste du mot «multilinguisme », qui apparaît dans la communication de la commission au Parlement européen du 22 novembre 2005 intitulée «Un nouveau cadre stratégique pour le multilinguisme ».

En 2008, une nouvelle communication, « Multilinguisme : un atout pour l’Europe et un engagement commun », a installé l’objectif du Conseil européen de Barcelone (l’acquisition de deux langues, en plus de la langue maternelle, dès le plus jeune âge) au cœur de la politique de la commission en faveur du multilinguisme.

Ces déclarations généreuses ont suscité une adhésion commune spontanée, mais elles s’accompagnaient d’un implicite qu’il faut aujourd’hui revisiter. Dans la formule « deux langues en plus de la langue maternelle », on entendait par langue maternelle une langue « parfaite » (ou de référence) qui était aussi la langue de l’école pour la majorité des élèves ou des étudiants dans les classes. Et on entendait généralement par deux langues étrangères deux langues choisies parmi les langues officielles à l’intérieur de l’Union.

On avait alors la conviction que le multilinguisme serait un levier pour promouvoir l’intégration, la cohésion sociale en Europe. Et l’on ne doutait pas que la mobilité, constamment encouragée, serait un facteur essentiel pour développer le multilinguisme associé à la construction d’une nouvelle citoyenneté.

Au cours de la dernière décennie, de nouvelles problématiques sont apparues et, signe révélateur, le Commissariat au multilinguisme, créé en 2007, a disparu dès 2009. Autrefois atout, le multilinguisme est désormais un défi qu’il s’agit à la fois de mesurer et de relever. Les diverses phases d’élargissement de l’Union européenne ont sensiblement modifié le paysage linguistique européen. L’Union compte aujourd’hui vingt-trois langues officielles et soixante langues régionales. Avec les vagues de migration actuelles et l’afflux de réfugiés, des dizaines de nouvelles langues-cultures arrivent en Europe.

Lire la suite

L’abonnement en ligne
(particuliers : 36 € pour l’année)
vous permet de télécharger immédiatement les articles de ce numéro
et d’accéder à plus de 5 000 articles et dossiers

 

Nouveaux programmes 2016 - Un corpus pour chaque classe, du CM1 à la 3e - L'École des lettres

 

.

• Voir également le numéro spécial

Nouveaux programmes : un corpus pour chaque classe, du CM1 à la troisième.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *