Concours des dix mots : la langue est un lien inestimable, vecteur d’égalité et d’épanouissement

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l’Académie française © CR

Jeudi 18 mai une rencontre hautement improbable a eu lieu dans la grande salle des séances à l’Académie française : on a pu voir se croiser  des sixièmes de l’académie de Versailles, des collégiens du Sénégal, des élèves d’un collège australien, d’autres d’un lycée général, d’autres encore de lycées professionnels, des élèves également de classes d’accueil, des professeurs et leur élève d’un centre pénitentiaire.

L’Académie de Mazarin retrouvait pour un jour sa finalité première, un collège des nations, un collège des provinces, des éloignés de  Paris,  c’est que se célébrait en ce jeudi  un événement fédérateur autour de la langue : la remise des prix du concours Dis moi dix mots.

Loïc Depecker, une professeure accompagnant ses élèves de collège, Hélène Carrère d'Encausse, Thomas Rouchié (AEFE)

Loïc Depecker (DGLFLF), une professeure accompagnant ses élèves de collège, Hélène Carrère d’Encausse, Thomas Rouchié (AEFE)

.

La langue est un lien inestimable,  vecteur d’égalité et d’épanouissement

Les lauréats du concours 2017 sont ainsi venus tour à tour présenter leur projet.  Avec leur spontanéité, leur candeur, leur conviction, et c’était beau de voir cette assemblée de personnes éminentes, Mme Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française , Loïc Depecker, délégué général à la langue française et aux langues de France, mais aussi des représentants du ministère de la Culture, de l’Éducation, de l’Institut français, du réseau Canopé, de l’inspection générale, tous ces acteurs de l’enseignement ou de la valorisation de notre langue, s’émouvoir  devant des jeunes de toutes origines manifestant un authentique plaisir à manier le français, à jouer avec des mots, dix mots en relation cette année avec la Toile.

Chacun avait alors la certitude que la langue est un lien inestimable, que c’est un vecteur d’égalité, d’épanouissement, qu’il faut protéger et soutenir.

Les lauréats du collège Jacques-Prévert de Saly, au Sénégal

Les lauréats du collège Jacques-Prévert de Saly, au Sénégal

 

Une émotion partagée

Parmi les temps forts de cette manifestation il faut mentionner la prise de parole du jeune détenu de Valence, premier prix des centres pénitentiaires, venant expliquer qu’en prison les ateliers d’écriture, les cours en général c’était la liberté,  l’espérance, la perspective d’une  réinsertion réussie.

Une émotion particulière a été également  perceptible  lorsque la francophonie, par l’intervention de jeunes Australiennes, a trouvé un corps, des réalisations concrètes, un apprentissage au quotidien de notre langue et de notre culture ponctué par un sympathique  » Vive la France, vive l’Australie « .

À dire vrai derrière les mots de chaque classe, de chaque  lauréat, l’assistance pouvait mesurer le travail, la volonté, et la confiance manifestés envers notre système d’éducation. C’était un encouragement pour tous.

.

Loïc Depecker (DGLFLF) et la classe de CAP coiffure du lycée Les Jacobins, à Amiens, accompagnés de leur professeur et du proviseur de l'établissement

Loïc Depecker (DGLFLF) et les lauréats la classe de CAP coiffure du lycée Les Jacobins, à Amiens, accompagnés de leur professeur et du proviseur de l’établissement © CR

Une orientation juste, simple, fondamentale :
la connaissance et la maîtrise de notre langue

Ce concours n’est pas le seul concours national proposé par le Ministère, mais ses particularités soulignent l’importance de sa thématique : il s’adresse à tous, établissements français comme établissement étrangers, niveau collège comme niveau lycée, formation professionnelle comme formation de réinsertion. Son succès, toujours croissant depuis sa création,  signale une orientation juste, simple, fondamentale : la connaissance et la maîtrise de notre langue.

Les questions d’ennui, de motivation en classe parcourent les réflexions pédagogiques. Il est clair que travailler à des projets concrets, trouver  une reconnaissance de son travail comme ici avec ce concours est une réponse à l’impasse de certains de nos enseignements.

Les lauréats réunis dans la cour de l'Institut à l'issue de la cérémonie © CR

Les lauréats réunis dans la cour de l’Institut à l’issue de la cérémonie © CR

À l’évidence, non seulement les élèves y trouvent du plaisir et de l’estime de soi mais aussi leurs professeurs  qui étaient aussi à l’honneur en ce jour, entourant à juste titre leurs élèves lors des remises de prix.

Il y avait ainsi quelque chose de réjouissant  et de réconfortant à voir ces élèves sous la coupole devant les banquettes vertes des académiciens faire des photos en écoutant l’histoire du lieu en clôture d’une matinée mémorable.

L’Éducation nationale a besoin de ces parenthèses heureuses.

Pascal Caglar

.

Concours des dix mots 2016-2017, « Dis-moi dix mots sur la Toile ». Les créations des lauréats

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *