Qu’est-ce qu’un monument aux morts? Projets pédagogiques et culturels

Monument aux morts de Dammarie-sur-Loing (Loiret)

Monument aux morts de Dammarie-sur-Loing (Loiret) © L’École des lettres

Le monument aux morts est une des traces les plus remarquables de la Grande Guerre encore très présentes dans nos espaces proches. Cent ans après l’événement, ils restent investis comme supports de la mémoire de 1914-1918 réactivés chaque année à l’occasion du rituel commémoratif.

Les monuments aux morts communaux apparaissent comme les plus familiers, encore visibles pour la plupart au cœur des centres villes et des villages. Devenus patrimoine, ils suscitent de nombreux projets pédagogiques ou culturels.

Lire la suite

« Ici les femmes ne rêvent pas » : rencontre avec Rana Ahmad le 16 octobre 2018

Rana Ahmad, "Ici les femmes ne rêvent pas. Récit d'une évasionRécit d’une évasion

Rana, dix ans, fonce sur son vélo flambant neuf. Heureuse, insouciante, choyée par son père, un vent de liberté lui caresse le visage.

Quinze jours plus tard, c’est terminé. Son vélo est donné à l’un de ses oncles. Encore quelques mois et elle devra, pour être une bonne musulmane aimée d’Allah, porter l’abaya noire sur son corps, le niqab sur son visage et le tarha sur sa tête et ses épaules. Ensuite, ses parents lui trouveront un mari et elle sera condamnée à ne plus rien faire que la cuisine, le ménage et ses cinq prières par jour. C’est la loi.

Lire la suite

Pourquoi commémorer la Grande Guerre?

Pourquoi commémorer la Grande Guerre ?Depuis 2012, la France est engagée, avec d’autres pays, dans un cycle intense de commémorations de la Première Guerre mondiale. Plus de 4 000 projets émanant des territoires, des associations, des établissements scolaires, ont obtenu le label attribué par la Mission du Centenaire en cinq années de commémorations, fortement médiatisées à travers reportages, émissions de télévision ou séries radiophonique, documentaires et hors-séries de la presse magazine.

Comment expliquer cet engouement contemporain pour un événement pourtant centenaire, passé de la mémoire à l’histoire et non à l’oubli ? Cette permanence de l’événement dans le monde d’aujourd’hui est un enjeu de compréhension pour les jeunes générations, en tissant les liens entre présent et passé, passé et présent et la puissance de l’écho des conséquences d’un conflit qui reste pour cela actuel.

Lire la suite

1918-1919 : de l’armistice à la paix

Lorsque résonne le clairon de l’armistice sur le front ouest, la France est coupée par une ligne de front de près de 700 kilomètres. Une dizaine de départements sont en partie ou totalement occupés par les Allemands. Le bilan est lourd : la dernière année de la guerre a été parmi les plus meurtrières du conflit.

La joie de l’arrière est immense. Au front, les soldats sont empreints de plus de retenue, même si le soulagement est grand. C’est la fin du calvaire et des sacrifices pour des millions d’hommes. Ils veulent le croire et imaginent possible la « der des ders ». Pourtant, l’armistice n’est pas la paix…

Lire la suite

« Amin », de Philippe Faucon

"Amin", de Philippe FauconLa question migratoire est au centre d’un nombre (hélas) croissant de documentaires et de fictions.

Welcome (Philippe Lioret, 2009), Fuocoammare (Gianfranco Rosi, 2016), L’autre côté de l’espoir (Aki Kaurismaki, 2017), Human Flow (Ai Weiwei, id.), Une saison en France (Mahamat-Saleh Haroun, 2018) ou Transit (Christian Petzold, id.) sont quelques-uns de ces films inquiets, à l’image encore de La Villa (2017), le dernier opus de Robert Guédiguian qui s’interrogeait pour sa part sur le devenir d’une poignée d’enfants venus trouver refuge sur son arche de l’Estaque, lui-même déjà bien à la dérive…

Sans prétendre résoudre quoi que ce soit, le cinéma raconte des vies, des destins brisés, des êtres en fuite, en lutte, en souffrance. Il donne chair et à comprendre. Il modèle un visage à la foule lointaine, grosse, anonyme. Il rapproche, fait lien, donne du sens. Il tente enfin de tempérer les passions, de susciter l’empathie, d’éloigner les peurs, de combattre la haine et l’aspiration au repli.

Lire la suite

Commémorations du 11-Novembre : questions-réponses à l’usage des enseignants

Dans quelques semaines s’ouvriront les commémorations du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale. Elles apparaissent déjà comme un événement commémoratif d’ampleur nationale et internationale, tant se multiplient programmes culturels et pédagogiques portés par les collectivités, documentaires, hors-séries consacrés à la Grande Guerre.

D’importantes expositions nationales, à l’image de celle proposée par le Musée de l’Armée, se déclineront dans de nombreuses villes et centres d’archives, et ponctueront cette dernière grande séquence du Centenaire.

Pour prendre connaissance du programme commémoratif :

www.centenaire.org

Lire la suite

Quelques pistes pour aborder en classe l’affaire Maurice Audin

Josette et Maurice Audin

Josette et Maurice AudinDde la disparition à la reconnaissancee la disparition à la reconnaissance

De la disparition
à la reconnaissance

Le 11 juin 1957 dans la soirée, à Alger, Maurice Audin était arrêtée chez lui par des soldats du 1er Régiment de chasseurs parachutistes (RCP). Il est emmené au Centre d’interrogatoire d’El-Biar, haut lieu de torture de l’armée française pendant la guerre d’Algérie avec la villa Sésini ou encore la ferme Améziane.

Sa femme et ses trois enfants ne l’ont jamais revu. L’armée française a alors affirmé qu’il s’était évadé.

Sa famille, ses proches et d’autres n’ont cessé de se battre pour établir les faits : comment et par qui a-t-il été tué ? Le Comité Maurice Audin, créé dès 1957 avec les historiens Pierre Vidal-Naquet et Madeleine Rebérioux ou encore le mathématicien Laurent Schwartz, n’a eu de cesse d’alerter l’opinion publique par des brochures et des livres, et de solliciter les autorités publiques pour obtenir des réponses. En vain.

Lire la suite

« Les Frères Lehman », de Stefano Massini

"Les Frères Lehman", de Stefano MassiniDans la danse avec les frères Lehman

En donnant un chant épique qui se déroule sur un air de piano mécanique, Stefano Massini saisit la trépidation de l’Amérique à travers le destin d’une dynastie, celle des banquiers Lehman.

Du rythme avant toute chose, semble nous dire Stefano Massini dont le livre à peine ouvert saisit son lecteur, le prend par la main pour l’entraîner dans la ronde de la vie des frères Lehmann.

Tout se passe comme si le premier arrivant passait son bras sous le vôtre pour ne plus vous lâcher avant le terme de cette aventure, la fin de la partie et celle de la musique.

Lire la suite