Les « Classiques » de l’école des loisirs font peau neuve

Mis en avant

Les "Classiques" de l'école des loisirsUne collection de référence
qui allie l’exigence d’une culture classique

aux nécessités de l’enseignement d’aujourd’hui

Pour découvrir les nouvelles éditions des « Classiques » de l’école des loisirs, parmi lesquels plusieurs titres recommandés par le ministère de l’Éducation nationale, du cycle 3 à la troisième, recevez gratuitement et sans engagement l’un des quatre titres suivants :

L’Odyssée, d’Homère,
Germinal, d’Émile Zola,
Moby Dick, d’Herman Melville,
Voyage au centre de la Terre, de Jules Verne.

Chacun de ces ouvrages a fait l’objet de séquences pédagogiques expérimentées en classe avec succès et disponibles sur le site de l’École des lettres.

Lire la suite

« André Malraux ou Les Métamorphoses de Saturne », d’Évelyne Lantonnet

Évelyne Lantonnet, "André Malraux ou Les Métamorphoses de Saturne"Au lecteur, bien informé ou profane, qui souhaiterait disposer d’une synthèse sûre et accessible permettant de connaître et de comprendre Malraux, de saisir toutes les facettes de l’homme, de rassembler les fils d’une œuvre déployée avec une extrême diversité, il faut recommander l’ouvrage d’Évelyne Lantonnet dont le titre à lui seul peut fournir une clé d’interprétation, André Malraux ou Les Métamorphoses de Saturne.

Les deux mots du second titre sont essentiels. « Métamorphose » d’abord, car l’idée de changement, de transformation, d’exploration de formes inédites est consubstantielle à l’œuvre de celui qui baptise un de ses essais les plus fameux, achevé en 1976, La Métamorphose des dieux. Dans sa vie comme dans son œuvre, Malraux incarne bien l’idée de métamorphose, ouvrant en permanence des portes nouvelles qui semblent contraires aux précédentes, cultivant une éthique de la surprise et une esthétique de l’innovation, expérimentant divers genres, formes, postures, refusant les étiquettes de convention.

Lire la suite

« Philocomix », de Jean-Philippe Thivet, Jérôme Vermer et Anne-Lise Combeaud: le gai savoir en bulles

Qu’est-ce que le bonheur ? La question occupe régulièrement la une des magazines, et les ouvrages invitant à la méditation, à la sagesse, à la spiritualité, au développement de la vie intérieure (programme non exhaustif), trônent en bonne place dans les librairies comme sur les listes des best-sellers. Il faut avouer que le sujet trouve écho en chacun de nous, que l’on soit élève de primaire, de collège ou de lycée, professeur débutant ou aguerri, philosophe de formation ou parfait néophyte.

Dans Philocomix, la quête existentielle prend tout son sens, et le titre de cette bande dessinée figure l’ambition d’un projet à la portée universelle, alliant pédagogie et humour, rigueur scientifique et graphisme ludique.

Pour cerner la notion de bonheur, les trois auteurs développent la question du « vivre bien » sur laquelle se sont penchés des « poids lourds » de la pensée occidentale, de l’Antiquité au XIXe siècle. Cependant, le bonheur dont il est ici question, loin d’être une simple forme de développement personnel, concerne aussi bien la collectivité que l’individu.

Lire la suite

« Véro en mai », d’Yvan Pommaux et Pascale Bouchié, un album de jeunesse pour comprendre Mai 68

"Véro en mai", d'Yvan PommauxEn classe de cinquième, l’entrée des programmes, « Vivre en société, participer à la société. Avec autrui: familles, amis, réseaux », donne le loisir de proposer aux élèves des œuvres littéraires, graphiques et/ou cinématographiques où la narration d’un bouleversement sociétal croise celle d’un personnage, notamment celui d’un enfant ou d’un adolescent.

Aussi, alors que l’on fête le cinquantenaire de Mai 68, pourrait-il être fructueux d’explorer une période historique propice aux changements et où les relations intergénérationnelles et familiales se sont à la fois tendues et intensifiées. Dans cette perspective, il apparaît tout particulièrement intéressant de proposer aux élèves de cinquième Véro en mai, d’Yvan Pommaux et Pascale Bouchié.

Lire la suite

Sur la suppression du sujet d’invention au baccalauréat

Le sujet d’invention, inscrit à partir de 2002 à l’épreuve anticipée du baccalauréat, souffre de plusieurs défauts qui ont déjà été relevés par les recherches menées sur les pratiques enseignantes. L’annonce de la réforme du baccalauréat par le Ministre de l’Éducation Nationale, suite au rapport Mathiot, a donc fait naître, chez les didacticiens et les chercheurs en littérature que nous sommes, de justes espoirs de correction de ces défauts.

En revanche, l’annonce qui circule de la suppression pure et simple du sujet d’invention apparaît terriblement à contre-courant d’un bilan pondéré et de la dynamique engagée dont nous voulons témoigner ici. Il nous tient donc à cœur de souligner, en quelques grands points, les arguments à retenir pour la réflexion collective, sereine et nuancée, qui ne manquera pas de présider à la nouvelle mouture de l’épreuve anticipée du baccalauréat.

Lire la suite

On ne lit pas le ventre vide

On ne parle pas la bouche pleine, sur France CultureOn ne parle pas la bouche pleine, l’émission gastronome d’Alain Kruger sur France Culture comptera bientôt 7 ans d’existence. 7 ans de réflexions curieuses, 7 ans de fête de l’esprit et des papilles, 7 ans d’humour et d’amour de la bonne chère.

Et si cette demi-heure de détente dominicale était aussi une assistante d’éducation, apte à inciter les élèves à s’abreuver de vers et à déguster fleurs comestibles de rhétorique et fleurons de la culture ?

Lire la suite

Gide, « Les Faux-Monnayeurs », la critique et l’histoire littéraire

André Gide par Félix Valloton

André Gide par Félix Valloton

L’inscription de l’œuvre de Gide au sein de la question « Lire, écrire, publier », nous rappelle que la vie de l’auteur qui enjambe le XIXe siècle pour asseoir sa réputation au XXe a accompagné l’essor de l’édition moderne.

Tandis que sa carrière progresse, c’est toute l’édition qui change et Gide joue plusieurs rôles à mesure que le siècle avance et que la discipline de la critique littéraire et universitaire se déploie. Il accompagne cette Histoire littéraire et, de plus, contribue à la façonner à travers ses activités au sein de la NRF, et comme écrivain, conscient de son image et influent. Pour mieux comprendre le parcours de Gide, il faut chercher à travers les différentes histoires littéraires la place qui lui est faite ainsi que les mots utilisés par la critique pour caractériser son évolution.

Voici donc un rapide panorama des rapports entre histoire littéraire, critique et Gide, son rapport à lui-même et aux autres à travers les pages de ses journaux et, enfin, le contrôle de son image à travers les représentations qui sont faites de l’écrivain.

Lire la suite

Une séance de littérature pour comprendre le harcèlement

"Le Lion et le Moucheron", de Jean de La Fontaine

« Le Lion et le Moucheron », de Jean de La Fontaine (Livre III)

Dans le cadre des séances de français, un temps d’apprentissage consacré au harcèlement gagnerait à s’ancrer sur une approche raisonnée du lexique. La réflexion sur le champ sémantique du verbe harceler serait ainsi à préconiser en distinguant en amont les formes verbales actives et passives.

On pourra ainsi travailler sur les contextes d’emploi du binôme verbal (harceler / être harcelé) et du nom commun harcèlement. La démarche adoptée engagera la classe à décrypter ce champ sémantique. L’expression « harceler l’ennemi », appliquée à un contexte de guerre, sera également évoquée.

Après la mise en perspective de ce premier emploi à l’aide d’un dictionnaire, la réflexion se prolongera par la lecture de la fable de La Fontaine  « Le Lion et le Moucheron » car elle figure de façon exemplaire une situation de harcèlement physique.

Lire la suite