Qu’est-ce qu’un écrivain européen ?

Les écrivains européens ?
À votre choix,
plusieurs listes possibles,
mais un même programme

 À l’occasion du salon Livre Paris de mars dernier qui accueillait en invitée principale la littérature slovaque et, en « guest star », la littérature européenne, la question de l’écrivain européen et de son identité s’est fait entendre à nouveau. Ajoutons-y les élections européennes et le thème apparaît sans doute plus vital encore.

Qu’est-ce qu’un écrivain européen ? Cette question recèle ambiguïtés et interrogations gigognes. Or la réponse la plus communément admise est que nous n’en savons rien, ou que, si définition il y a, il faut se hâter de s’inscrire en faux contre elle.

Allons voir de plus près.

Continuer la lecture

18 avril 2019 : Chantiers d’Europe en Sorbonne

L’académie de Paris et le Théâtre de la Ville à Paris dédient à la jeunesse une soirée spéciale de Chantiers d’Europe, le jeudi 18 avril, de 19 h à 21 h, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Chantiers d’Europe est un festival annuel européen du Théâtre de la Ville, héritier en droite ligne du célèbre Théâtre des Nations où résonnèrent pour la première fois en France les noms de Brecht ou de Strehler. Le fait de décliner cet événement pour et par les jeunes, enfants du XXIe siècle, est une première.
.
Aujourd’hui plus que jamais, l’Europe est à incarner et à réinventer par la jeunesse, dans le  dialogue interculturel et par la pratique artistique.
.

Continuer la lecture

Préjugés, questions vives, enseignement des faits religieux : quelles réponses en Europe ?

L’Institut européen en sciences des religions organise les vendredi 22 et samedi 23 mars 2019 à Paris le colloque international « Préjugés, questions vives, enseignement des faits religieux : quelles réponses en Europe ? » avec le concours des équipes du Projet européen SORAPS (Sudy of religions against prejudices and stereotypes), cofinancé par le programme « Erasmus + » de la Commission européenne.

Continuer la lecture

Le lycée René-Cassin (Arpajon), lycée laboratoire de l’enseignement des faits religieux

Après les attentats de 2015 et 2016, beaucoup d’enseignants ont dû répondre dans l’urgence aux interrogations et aux angoisses de leurs élèves. La question s’est posée très vite du « Comment répondre ? », « Avec quels outils intellectuels, culturels, historiques ? ».

En mars 2016, le groupe « Lettres » qui réunissait au sein de l’Institut européen en sciences des religions (ÉPHÉ) enseignants et chercheurs sous l’impulsion de Monique Legrand, IA-IPR honoraire de lettres, Émilie Nguyen, alors professeure de lettres classiques au lycée René-Cassin aujourd’hui IA-IPR de lettres et de Philippe Gaudin, directeur adjoint de l’IESR, a fait le constat suivant :

« Dans le prolongement d’une démarche thématique d’exploration et d’explicitation des faits religieux initiée par Monique Legrand, le groupe lettres de l’IESR estime nécessaire de répondre à une demande des enseignants qui, malgré les outils de formation mis à leur disposition (l’IESR au premier chef), peuvent encore se trouver démunis et surtout isolés devant ces questions : celle d’une proximité territoriale de la formation initiale et continue d’une part, celle des ressources humaines d’accompagnement d’autre part ; demande qui revêt un caractère d’urgence mais dont la réponse s’inscrit dans le temps»

Le groupe en tirait la conclusion qu’il serait utile et nécessaire de créer par académie un établissement référent pour cet enseignement laïc des faits religieux, susceptible, en lien étroit avec l’IESR, de diffuser formation et information sur le territoire académique et d’accompagner les enseignants de façon concrète et sur la durée dans leurs projets.

Continuer la lecture

Le futur programme Erasmus + 2021-2027

Que sait-on actuellement du nouveau programme ?

L’actuel programme Erasmus + se termine l’an prochain. Un nouveau programme se prépare, pour 2021-2027, qui gardera certainement le nom du précédent, en raison de la popularité du programme Erasmus.

L’architecture restera également la même, avec le maintien des actions clés 1 (Mobilités), 2 (Partenariats innovants) et 3 (Soutien à la réforme des politiques).

Les ministres européens souhaitent créer un espace européen de l’éducation, cette dernière étant une priorité clé de l’agenda politique de l’Europe. Ils visent via ce programme un renforcement de l’identité européenne et, d’ici 2025, la création d’un espace européen de l’éducation qui sera un espace de libre apprentissage.

Continuer la lecture

Consultation citoyenne sur l’Europe : l’expertise au service de l’éducation et de la formation

L’association des experts de l’Union européenne (EvalUE) a organisé le 13 octobre 2018 sa première consultation citoyenne sur l’Europe, consultation qui avait objet de croiser les regards sur l’expertise au service de l’éducation et de la formation.

Le laboratoire de pensée IDEFFIE (Initiative pour de le développement de l’expertise française et francophone à l’International et en Europe) était notre partenaire.

Continuer la lecture

Pourquoi commémorer la Grande Guerre?

Pourquoi commémorer la Grande Guerre ?Depuis 2012, la France est engagée, avec d’autres pays, dans un cycle intense de commémorations de la Première Guerre mondiale. Plus de 4 000 projets émanant des territoires, des associations, des établissements scolaires, ont obtenu le label attribué par la Mission du Centenaire en cinq années de commémorations, fortement médiatisées à travers reportages, émissions de télévision ou séries radiophonique, documentaires et hors-séries de la presse magazine.

Comment expliquer cet engouement contemporain pour un événement pourtant centenaire, passé de la mémoire à l’histoire et non à l’oubli ? Cette permanence de l’événement dans le monde d’aujourd’hui est un enjeu de compréhension pour les jeunes générations, en tissant les liens entre présent et passé, passé et présent et la puissance de l’écho des conséquences d’un conflit qui reste pour cela actuel.

Continuer la lecture

1918-1919 : de l’armistice à la paix

Lorsque résonne le clairon de l’armistice sur le front ouest, la France est coupée par une ligne de front de près de 700 kilomètres. Une dizaine de départements sont en partie ou totalement occupés par les Allemands. Le bilan est lourd : la dernière année de la guerre a été parmi les plus meurtrières du conflit.

La joie de l’arrière est immense. Au front, les soldats sont empreints de plus de retenue, même si le soulagement est grand. C’est la fin du calvaire et des sacrifices pour des millions d’hommes. Ils veulent le croire et imaginent possible la « der des ders ». Pourtant, l’armistice n’est pas la paix…

Continuer la lecture