La formation des enseignants au crible de la Cour des comptes

Référé de la Cour des comptes : La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ÉSPÉ)

Certes, une enquête de la Cour des comptes n’a pas la même incidence que le compte-rendu d’une commission voulue par un gouvernement. Néanmoins, en période de restriction budgétaire, ses prescriptions ne sauraient être balayées d’un revers de main par l’exécutif.

Aussi, son appréciation synthétique du rapport coût / efficacité de la formation des enseignants, datée du 12 mars 2018 (rendue public le 4 juin) et à destination du ministre de l’Éducation nationale et de celui de l’enseignement supérieur mérite-t-elle une lecture attentive.

Lire la suite

Le recours croissant aux personnels contractuels dans l’Éducation nationale. Le rapport de la Cour des comptes

Le recours croissant aux personnels contractuels dans l’Éducation nationaleLa Cour des comptes vient de remettre au Sénat son rapport sur le Recours croissant aux personnels contractuels dans l’Éducation nationale, rapport assorti de recommandations qui, comme toujours, laissent songeur.

Les faits d’abord ne surprendront guère : les non-titulaires sont en hausse constante dans l’Éducation nationale, qu’il s’agisse des enseignants, des assistants d’éducation (AE), des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) ou encore des contrats aidés.

En 2016-2017 ils étaient 203 000 contre 182 500 en 2015-2016 sur un total d’un peu plus de 900 000 employés à l’Éducation nationale.  Pour les seuls enseignant du secondaire, ils étaient 21 000 non-titulaires en 2010-2011, 31 000 en 2016-2017 sur des effectifs globaux à peu près stables autour de 400 000.

Lire la suite

Construire le savoir grammatical en manipulant la langue. Comment donner du sens à (et le goût de) la grammaire ?

Georges Braque, « Nature morte au violon », 1913

L’université Paris-Descartes (laboratoire Éducation, Discours, Apprentissages) et l’ÉSPÉ de Paris organisent le 6 juin 2018 une journée d’étude intitulée Construire le savoir grammatical en manipulant la langue. Comment donner du sens à (et le goût de) la grammaire ?

L’approche de la langue dans l’enseignement au moyen de manipulations linguistiques étant l’une des préconisations récentes des programmes officiels, cette journée d’études s’inscrira dans une dynamique qui répond à des préoccupations actuelles.

Nous proposons de mener une réflexion sur les méthodologies à privilégier dans l’enseignement de la langue pour favoriser la construction des catégories grammaticales en lien avec les compétences en lecture et en écriture. Il s’agit également de nous interroger sur les dispositifs pédagogiques permettant d’articuler étude de la langue et compréhension, tout en (re)donnant du sens à (et le goût de) la grammaire.

On se demandera comment rendre l’élève acteur de la maîtrise de la langue, orale et écrite, en développant son regard réflexif à l’égard de ses pratiques : interroger, déconstruire et (re)construire les représentations en classe, pour aller de l’épilinguistique au métalinguistique. Quelles démarches didactiques et activités pédagogiques mettre en place pour développer les compétences linguistiques des élèves, de la co-construction du sens à la production à l’oral et à l’écrit ?

Lire la suite

Sur la suppression du sujet d’invention au baccalauréat

Le sujet d’invention, inscrit à partir de 2002 à l’épreuve anticipée du baccalauréat, souffre de plusieurs défauts qui ont déjà été relevés par les recherches menées sur les pratiques enseignantes. L’annonce de la réforme du baccalauréat par le Ministre de l’Éducation Nationale, suite au rapport Mathiot, a donc fait naître, chez les didacticiens et les chercheurs en littérature que nous sommes, de justes espoirs de correction de ces défauts.

En revanche, l’annonce qui circule de la suppression pure et simple du sujet d’invention apparaît terriblement à contre-courant d’un bilan pondéré et de la dynamique engagée dont nous voulons témoigner ici. Il nous tient donc à cœur de souligner, en quelques grands points, les arguments à retenir pour la réflexion collective, sereine et nuancée, qui ne manquera pas de présider à la nouvelle mouture de l’épreuve anticipée du baccalauréat.

Lire la suite

Numérique et éducation : illusions, régressions, inégalités, enfermement algorithmique et extrémisme violent

Education et numériqueExtraordinairement rapide, la révolution technologique produit parfois des effets contraires aux promesses initialement formulées. Il semble ainsi prudent de prendre un peu de distance et de se demander si cette révolution technologique est synonyme de progrès ou de régression pour l’humanité, tout en sachant qu’elle apparaît inéluctable et irréversible.

En effet, ce que nous enseigne la réalité, c’est que le numérique reproduit aussi les inégalités. La notion de « fracture numérique » apparaît alors que le numérique est l’objet de nombreuses critiques dans le domaine de la santé publique, de la sécurité internationale et des droits fondamentaux.

Lire la suite

Numérique et éducation : promesses, espoirs et textes cadres

Numérique et éducation : promesses, espoirs et textes cadresMême si le cœur de notre monde continue de battre, son écorce est fragilisée par les dérèglements climatiques. Notre planète doit faire face à des mouvements de population sans précédents et l’humanité est confrontée à un avenir incertain.

Nous ferons ici le point sur les moyens élaborés par les États et organisations supranationales pour gérer cette situation, et sur les textes cadres récents au niveau international et européen définissant le lien entre numérique et éducation.

Lire la suite

En attendant la réforme des programmes…

En attendant la réforme des programmesOn s’inquiète souvent des raisons des jeunes à rejeter les métiers de l’enseignement, on se soucie moins de celles pour lesquelles les plus âgés quittent ce métier sans regrets ni états d’âme. Il serait pourtant intéressant de savoir tout ce qui a découragé, fatigué, usé des gens qui ont passé près de quarante ans devant des classes.

Si les retraités avaient encore envie de parler de leur métier, ils vous diraient que l’une des causes de leur épuisement tient à cette valse des programmes qu’ils auront subie si souvent au cours de leur carrière, au point que chacun d’eux aura connu plus d’instructions que d’inspections, plus d’instabilité qu’un nécessaire équilibre pour exercer leur métier.

Lire la suite

Le temps de « l’école primaire à tout faire »

À chaque problème posé à la société française, une réponse toute faite tombe comme un leitmotiv, quelle que soit le média chargé de la relayer : « Il faudrait que l’École s’empare de ce sujet. Il faudrait que les élèves soient sensibilisés. D’ailleurs, en fait-elle assez sur la laïcité, sur le numérique, sur l’éducation artistique, sur l’alimentation, sur le sommeil ? »

Tour récemment, une nouvelle doléance est venue s’ajouter à une liste de plus en plus ouverte : « Ne revient-il pas à l’École de jouer son rôle face au fléau de la pornographie en libre accès sur Internet ? » Le spectre des exigences vis-à-vis de l’École est décidément de plus en plus large.

L’affirmation tranchée : « C’est à l’École de … », ou son corollaire plus direct : « C’est aux enseignants à … », s’applique de nos jours à tous les sujets qui fâchent ou questionnent. De l’orthographe à l’éducation sexuelle, des mathématiques à la détection des futurs champions de l’Hexagone, notamment quand les résultats des sportifs nationaux sont en berne.

Lire la suite