« Cinna », de Pierre Corneille (agrégation 2019)

« Auguste et Cinna ou la clémence d’Auguste », de Gabriel Bouchet (1759-1842) © Musée national du château de Versailles

Sous le voile, une spiritualité chrétienne

Vers la fin du XVIIe siècle (1674), Boileau dans son Art poétique formule un interdit qui est déjà respecté depuis longtemps en littérature, mais aussi en art :

« De la foi d’un Chrétien, les mystères terribles
D’ornements égayés ne sont point susceptibles.
L’Évangile à l’esprit n’offre de tous côtés
Que pénitence à faire et tourments mérités. »

Art poétique, chant troisième.

Corneille, on le sait, ne respectera pas toujours cette sentence puisqu’en 1642 il donnera Polyeucte, une tragédie à sujet chrétien où le héros ne renonce en rien à sa gloire mais la fonde sur la gloire céleste obtenue grâce au martyre. Cette liberté de l’auteur ne fut pas bien accueillie. « Le christianisme avait extrêmement déplu », écrit Voiture. On pense que Cinna (1641) se conforme mieux à cette règle du classicisme qui consiste à prendre l’Antiquité grecque, romaine et l’Olympe pour cadre des tragédies, de la littérature et de l’art.

Lire la suite

La machinerie du désir dans «L’Éducation sentimentale», de Gustave Flaubert (agrégation 2019)

Gustave Flaubert, "L'Éducation sentimentale"« Mais lassé, plein de désirs contradictoires et ne sachant même plus ce qu’il voulait, il éprouvait une tristesse démesurée, une envie de mourir » (II, 4, p. 234). Le désir est omniprésent dans L’Éducation sentimentale. Le héros est travaillé par toutes sortes de désirs. La tradition grecque voit le désir comme un manque, donc une souffrance que le sujet s’empresse de calmer en le satisfaisant.

Épicure les classe selon qu’ils sont nécessaires ou non, naturels ou non. Il en distingue principalement six auxquels le christianisme a associé des péchés capitaux quand ces désirs sont désordonnés : – désir de nourriture (gourmandise), – désir charnel (luxure), – désir d’argent (cupidité), – désir de pouvoir (envie), – désir de gloire (orgueil). On peut ajouter le désir de vérité.

L’Éducation sentimentale nous semble une illustration parfaite de la peinture du débordement de tous les désirs, d’une effervescence qui entraîne une disparition du sujet, emporté dans un flux de fantasmes.

Lire la suite

La parole dans les « Lais » de Marie de France (agrégation 2019)

Méta-poétique du « Chèvrefeuille » et du « Rossignol »

« On pourrait faire reproche à notre auteur d’une certaine sécheresse. Il est évident que le style narratif des lais manque un peu de chair. Les phrases sont réduites à l’essentiel. » Ces remarques de Philippe Ménard dans Les Lais de Marie de France. Contes d’amour et d’aventure du Moyen Âge, soulignent un fait objectif. Reste à l’interpréter.

Cette esthétique de la brièveté, cette économie de moyens, ce dépouillement, doivent être mis en relation avec la conception de la parole et de la communication, dans l‘œuvre.

Lire la suite

« Amélioration des taux de recrutements aux Capes 2018 »? Une communication en trompe-l’œil

Capes 2018Faut-il se féliciter du nombre de postes pourvus aux différents Capes cette année comme le fait le Ministère ? Carton plein en Histoire-Géo, en Anglais, en Lettres modernes, progrès spectaculaires en Allemand et en Mathématiques : miracle, résurrection, retour de l’attractivité, faudrait-il retrouver la foi en une profession où « plus d’une personne sur cinq par génération est suffisamment attirée par les métiers de l’éducation pour passer un concours de recrutement« ?

Ces mots  fameux des Lettres persanes de Montesquieu me reviennent en ce jour de communiqué triomphal :  » Ce roi  est un grand magicien. »

Lire la suite

Épreuves orales des écoles de commerce, l’innovation en marche

© Skema

L’entretien de personnalité, longtemps sensiblement le même dans toutes les écoles a pris un coup de vieux. Le changement que Skema avait introduit dès 2014 avec comme support un CV projectif à proposer et justifier est en passe de se généraliser.

Toulouse a déjà suivi dans la rénovation avec l’initiative laissée au candidat  de commenter la presse du jour de son choix, l’EDHEC inaugure une prise de position à partir d’un cas présenté par vidéo, l’Essec accompagne son entretien classique d’une mise en situation de décision à prendre dans le cadre de valeurs à respecter, l’Emlyon teste une nouvelle formule de questionnaire thématique: autant de signaux que les modes d’évaluation changent, que le regard sur les candidats évolue, que les jugements s’appuient sur d’autres critères.

Lire la suite

Concours des dix mots : la langue est un lien inestimable, vecteur d’égalité et d’épanouissement

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l’Académie française © CR

Jeudi 18 mai une rencontre hautement improbable a eu lieu dans la grande salle des séances à l’Académie française : on a pu voir se croiser  des sixièmes de l’académie de Versailles, des collégiens du Sénégal, des élèves d’un collège australien, d’autres d’un lycée général, d’autres encore de lycées professionnels, des élèves également de classes d’accueil, des professeurs et leur élève d’un centre pénitentiaire.

L’Académie de Mazarin retrouvait pour un jour sa finalité première, un collège des nations, un collège des provinces, des éloignés de  Paris,  c’est que se célébrait en ce jeudi  un événement fédérateur autour de la langue : la remise des prix du concours Dis moi dix mots.

Lire la suite

Concours des dix mots 2016-2017, « Dis-moi dix mots sur la Toile ». Les créations des lauréats

Les lauréats du Concours des dix mots rassemblés dans la cour de l'Institut de France autour d'Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots rassemblés dans la cour de l’Institut de France autour d’Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française © CR

Le Concours des dix mots 2016-2017, « Dis-moi dix mots sur la Toile », est organisé par le ministère de la Culture et de la Communication (DGLFLF), en concertation avec les partenaires francophones, et avec l’Institut français, l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger), la Mission laïque française, Le Robert, l’École des lettres, les Lyriades. Le Concours des dix mots bénéficie du soutien du Fonds Maif pour l’Éducation.

Il propose aux classes de réaliser un projet collectif littéraire et artistique autour des dix mots sélectionnés chaque année.

Cette onzième édition du Concours illustre la manière dont le français s’adapte à des technologies et à des usages numériques en constante évolution, en s’enrichissant de sens nouveaux, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une autre langue.

Lire la suite