Hommage à Jacques Lassalle

Jacques Lassalle © Françoise Gomez

Jacques Lassalle © Françoise Gomez

« Ce n’est pas l’acteur qui parle le texte. C’est le texte qui se parle en l’acteur. »

Conversations sur la formation de l’acteur,
Jacques Lassalle et Jean-Loup Rivière,
Actes-Sud-Papiers – CNSAD, 2004 (p. 66).

 

Au moment de souhaiter à tous les passionnés de théâtre une magnifique année 2018, c’est par un hommage à un grand maître qu’il convient de commencer : Jacques Lasalle nous a en effet quittés le 2 janvier.

 

L’Éducation nationale n’oubliera pas le grand pédagogue, l’analyste subtil et le découvreur passionné qui n’a cessé de doubler le metteur en scène et le directeur des plus célèbres structures (TNS, Comédie-Française). Après avoir enseigné à la Sorbonne nouvelle de 1969 à 1971, quand l’Institut d’études théâtrales y prenait l’essor qui lui vaudrait bientôt un rayonnement inégalé, après avoir été professeur en 1982-1983 au Conservatoire national de Paris où il avait fait ses classes d’acteur, Jacques Lassalle, devenu président de l’ANRAT en 2000, ne refusait jamais l’échange avec les enseignants.

Plus d’un stage avignonnais l’a vu partager avec les professeurs sa culture, sa hauteur de vues, son refus des conventions intellectuelles – ce même refus des chemins tracés qui lui fit révéler en 1994, dans une cour d’honneur peu préparée, qu’il existait une Andromaque d’Euripide qui avait peu à voir avec celle de Racine.

En 2016, c’est encore le Figaro désabusé d’Orvath qu’il évoquait, aux côtés de Jean-Pierre Vincent et de Christophe Rauck, devant la communauté des professeurs de théâtre réunie à l’invitation de l’Inspection générale de Théâtre et de l’Inspection pédagogique régionale de Lille, sur le plateau du Théâtre du Nord, pour une journée consacrée à « Figaro en verve et en musique ».

Il reste à l’écouter, dans la captation qui fut faite de cette table ronde, sur le site theatre-video.net (extrait de Figaro divorce par Jacques Lassalle à la quarantième minute, puis commentaire par lui-même, évoquant entre autres ses débuts comme directeur du Studio-Théâtre de Vitry), à relire ses Conversations sur la formation de l’acteur avec Jean-Loup Rivière (Actes-Sud Papiers), sans oublier qu’il fut aussi, quoique plus discrètement, auteur dramatique.

Françoise Gomez

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.