« Oz », de Lyman Frank Baum

"Le Magicien d'Oz", suivi du "Merveilleux pays d'Oz", de Lyman Frank BaumDorothée est une jeune orpheline qui habite le Kansas. Emportée par Un cyclone en compagnie de son chien, elle atterrit avec sa maison dans un étrange pays, écrasant au passage la méchante sorcière de l’Est.

Désireuse de rentrer chez elle, Dorothée prend conseil auprès de la (gentille) sorcière du Nord, qui lui recommande d’aller trouver le puissant magicien d’Oz dans la cité d’émeraude.

Publié en 1900, Le Magicien d’Oz, de l’écrivain américain Lyman Frank Baum, illustré par William Wallace Denslow, a d’emblée connu un énorme succès conforté par de nombreuses adaptations – comédies musicales et versions cinématographiques.

On a tout écrit sur Oz: apologie du communisme, métaphore d’un monde en crise dans lequel la cité d’émeraude aurait la couleur du billet vert, et même… opération de contrôle des esprits orchestrée par les Illuminati ! Comment mieux dire l’influence d’un livre pour enfants ? Lyman Frank Baum, lui, avouait seulement avoir voulu écrire un conte dans la lignée de ceux des frères Grimm et de Hans Christian Andersen, mais d’où serait bannie toute « morale terrifiante »…

Quant à ces deux lettres, «Oz », qui ont tant fait couler d’encre, il les aurait lues sur le dernier tiroir du classeur posé sur son bureau : premier tiroir : A-G ; deuxième tiroir : H-N ; troisième tiroir… O-Z.

 

L’édition publiée dans la collection « Classiques abrégés » de l’école des loisirs, dans une traduction nouvelle de Marie-Hélène Sabard, illustrée par William Wallace Denslow, reprend les deux premiers tomes de la série des quatorze livres d’Oz : Le Magicien d’Oz et Le Merveilleux pays d’Oz.

"Le Magicien d'Oz", de Victor FlemingPour aborder en classe la lecture de ce conte parallèlement au visionnage du film réalisé par Victor Fleming en 1939, Le Magicien d’Oz, on pourra tirer parti de la conférence d’Alain Keit commentant celui-ci dans le cadre du dispositif École et cinéma.

Signalons également le colloque organisé les 16 et 17 avril 2014 par l’université de Lorraine Oz, étude culturelle d’un “médiart” patrimonial, qui explorera quatre grandes pistes : – L’œuvre de Lyman Frank Baum; – Le “médiart” et sa diffusion; – Tradition merveilleuse et renouvellement romanesque; – Fictions de jeunesse et patrimonialisation.

 

• Tous les titres de la collection Classiques et Classiques abrégés.

Abréger le roman : l’irrespect par respect, par Boris Moissard.

• Pour recevoir gratuitement le numéro de l’École des lettres consacré aux « Classiques abrégés », contenant notamment une étude détaillée des « Mille et Une Nuits », écrire à courrier@ecoledeslettres.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *