« Les Quatre Filles du pasteur March », de Louisa May Alcott

« Les Quatre Filles du docteur March », de Mervyn LeRoy

L’adaptation du roman de Louisa May Alcott par Mervyn LeRoy avec June Allyson (Jo), Margaret O’Brien (Beth), Elizabeth Taylor (Amy), Janet Leigh (Meg) est diffusée sur Arte le mardi 2 janvier à 20 h 55. L’occasion de revenir aux sources du film dans l’édition du roman traduit par Malika Ferdjoukh dans la collection « Classiques abrégés » de l’école des loisirs.

Louis May Alcott, "Les Quatre Filles du pasteur March", Classiques abrégésL’histoire de Meg, Jo, Beth et Amy a traversé le siècle sous des titres divers, Les Quatre Filles du docteur March étant le plus célèbre et sans doute le moins exact, puisque leur père n’est pas médecin, mais bien pasteur…

Cette chronique d’une année dans la vie d’une famille américaine pendant la guerre de Sécession est bien autobiographique, mais, à l’image de la famille de l’auteur, celle des March n’est ni aussi conventionnelle ni aussi ordinaire qu’on a bien voulu le faire croire au lecteur.

 

Car, de ce livre, ressort la figure forte de Josephine, dite Jo : alter ego affiché de Louisa May Alcott, elle est la rebelle en conflit avec le modèle féminin en vigueur dans la société puritaine de l’Amérique du XIXe siècle. Elle dit qu’on peut être mal dans la peau d’une fille dans le Boston des années 1860, avoir envie de prendre des airs de garçon et nourrir de farouches ambitions littéraires, être pieuse sans être soumise – bref, qu’on peut vivre en 1868 et être progressiste.

"Les Quatre Filles du docteur March", de Mervyn Le Roy

« Les Quatre Filles du docteur March », de Mervyn LeRoy (1949), avec June Allyson (Jo), Elizabeth Taylor (Amy), Janet Leigh (Meg), Margaret O’Brien (Beth)

Les Quatre Filles du docteur March fait partie des œuvres dont les Instructions officielles préconisent la lecture à l’école élémentaire (cycle 3). Ce roman, rebaptisé Les Quatre Filles du pasteur March par Malika Ferdjoukh, traductrice de l’édition parue dans la collection « Classiques abrégés » (L’école des loisirs, 2010), fait désormais partie du patrimoine littéraire mondial et peut, à ce titre, intéresser aussi les collégiens.

Il propose un récit complexe qui peut très bien servir, en fin de sixième, à approfondir l’art de conter. Mais il intéressera également des classes de quatrième dans la mesure où il ne prend pleinement son sens que dans le contexte des luttes idéologiques du XIXe siècle : féminisme, anti-esclavagisme, importance du protestantisme…

Il peut aussi faire partie de ces « romans d’enfance ou d’adolescence » que les Instructions officielles invitent à explorer en troisième.

Louis May Alcott, "Les Quatre Filles du pasteur March", Classiques abrégés

Voir le dossier de « l’École des lettres » : Les fratries dans le roman. Pour recevoir gratuitement ce numéro, écrire à courrier@ecoledeslettres.fr

Les classiques, une bibliothèque idéale ? par Marie-Hélène Sabard.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *