« Mes provinciales », de Jean-Paul Civeyrac

"Mes provinciales", de Jean-Paul CiveyracD’où vient que Mes provinciales, le neuvième long-métrage de Jean-Paul Civeyrac – l’histoire d’un jeune homme venu étudier le cinéma à Paris –, possède le charme tonifiant d’une première œuvre ?

D’où vient que ses images, magnifiquement cadrées, nous touchent autant ?

Serait-ce l’effet de son principe romanesque ? Le choix du récit de formation comme genre d’une intrigue située au cœur de la Capitale ? Sa chronique de la vie estudiantine ?

Lire la suite

August Sander : Persécutés / persécuteurs, des Hommes du XXe siècle

Une dignité rendue

August Sander

August Sander à Kuchhausen, circa 1956/1958 © Galerie Julian Sander, Cologne

« Dans chaque visage d’homme, son histoire est écrite de la façon la plus claire. L’un sait la lire, l’autre non. »

Ce poème, c’est August Sander (1876-1964) qui le cite dans une conférence de 1931. Il correspond à son travail tel que nous le connaissons depuis le milieu des années 1970. À cette époque, le style documentaire qu’il incarnait, avec d’autres, comme Walker Evans ou, dans une autre mesure Diane Arbus, est mis en lumière, davantage qu’il ne l’était jusqu’alors.

Le vaste projet « Hommes du XXe siècle », commencé peu avant la première guerre mondiale, largement mis en œuvre sous le régime de Weimar, bouleverse notre vision de la photographie

Lire la suite

« L’Éveil du printemps », de Frank Wedekind, mis en scène par Clément Hervieu-Léger à la Comédie-Française

Dessin de Richard Peduzzi

Dessin de Richard Peduzzi, scénographe de « L’Éveil du printemps », de Frank Wedekind © Richard Peduzzi

L’Éveil du printemps, pièce en trois actes, entre aujourd’hui au Répertoire de la Comédie-Française en même temps que son auteur, le dramaturge et poète allemand Frank Wedekind, mort il y a tout juste un siècle à l’âge de 53 ans.

Sous-titré « Tragédie enfantine » (Kindertragödie), le texte aborde la question des premiers émois de l’adolescence, prisonnière de ses angoisses et d’une société éminemment puritaine.

Rencontre passionnante avec son metteur en scène, Clément Hervieu-Léger.

Lire la suite

« La Résistible Ascension d’Arturo Ui », de Bertolt Brecht, mise en scène de Katharina Thalbach, d’hier à aujourd’hui

"La résistible ascension d'Arturo Ui", de Bertolt Brecht, à la Comédie-Française

© Christophe Raynaud de Lage

La Résistible Ascension d’Arturo Ui, monument du théâtre européen, entré au répertoire de la Comédie-Française en 2017 dans une mise en scène de la comédienne et dramaturge allemande Katharina Thalbach (1954), est aujourd’hui repris dans la salle Richelieu jusqu’en mai prochain.

On connaît l’histoire, racontée dans les manuels scolaires, et située ici dans le milieu de la pègre du Chicago des années 1930. Des faits historiques aux effets satiriques, la pièce a été jouée dans les plus grandes salles depuis sa parution (tardive) en 1959.

Bertolt Brecht (1898-1956), qui l’écrivit en 1941 durant son exil finlandais et qui ne la vit jamais représentée, la définissait comme « une tentative d’expliquer l’ascension de Hitler au monde capitaliste en la transposant dans un milieu qui lui est familier ».

Lire la suite

« Théâtre en acte », un site pour découvrir le théâtre vivant

Théâtre en acte« Il n’est d’éducation artistique que par comparaison »,
Antoine Vitez.

Le site Théâtre en acte, destiné à tous les enseignants et à leurs élèves pour faire découvrir de façon active les auteurs, les œuvres et leurs mises en scène vient d’être créé par le Réseau Canopé.

En traitant à égalité toutes les œuvres de qualité, qu’elles soient classiques, contemporaines ou de théâtre-jeunesse. Avec l’envie de faire partager la passion qui nous a animés à construire cet outil, « rêvé » depuis si longtemps…

Lire la suite

« Vera », de Petr Zelenka, ou la vérité du monde libéral

"Vera", de Petr ZelenkaDans son essai fameux, La Fin de l’Histoire et le Dernier Homme, le politologue et économiste américain Françis Fukuyama, théoricien de la « fin de l’Histoire », prévoyait en 1992 l’attirance irrépressible des pays encore communistes pour la vie heureuse des pays démocratiques et libéraux.

Mais si dans sa pièce Vera le Tchèque Petr Zelenka nous présente un ex-pays de l’Est converti au capitalisme, ce n’est pas pour applaudir aux transformations de la société de la société qu’il observe, mais pour dénoncer avec férocité et émotion les espoirs illusoires et les réalités amères.

Lire la suite

« Mektoub, my love : canto uno », d’Abdellatif Kéchiche, un long moment d’éblouissement

"Mektoub, my love : canto uno", d’Abdellatif KéchicheLa sortie d’un film du talentueux Abdellatif Kéchiche ne passe jamais inaperçu. Comme La graine et le mulet (2007), Vénus noire (2010) et La Vie d’Adèle (2013), Mektoub, my love : canto uno arrive sur les écrans chargé de sa petite odeur méphitique émanant des fâcheries entre le réalisateur et ses partenaires financiers.

Nous passerons, bien sûr, sur ce qui finit par apparaître comme une douloureuse (mais nécessaire) méthode de travail, et laisserons aux gazettes gourmandes de potins le loisir de dévoiler les dessous du litige pour nous intéresser à ce qui fait la spécificité de la cinématographie de Kéchiche : sa durée filmique, comme moyen d’explorer les possibilités de l’être.

Lire la suite