Programme du XIe Congrès de l’APDEN, Grenoble, 22-24 mars 2019

Découvrez le programme détaillé
du XIe Congrès de l’APDEN
les 22, 23 et 24 mars
à Grenoble :

« La publication sur le Web,
un objet pédagogique
et didactique
pour les professeur.e.s documentalistes »

 

P R O G R A M M E

Tous architectes ! Produire l’espace public
par Marcello Vitali-Rosati

Marcello Vitali-Rosati

Professeur au département des littératures de langue française (Université de Montréal), titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. @monterosato

Marcello Vitali-Rosati porte un regard philosophique sur le numérique et son impact sur notre culture. Rédacteur en chef de la revue Sens public, il étudie plus particulièrement le concept d’éditorisalisation.

Résumé

Les environnements numériques sont progressivement devenus des véritables lieux de vie : nous ne lisons pas seulement des documents, nous rencontrons des personnes, nous organisons notre journée, nous travaillons, nous faisons nos courses… Sur le web la publication converge avec une réelle production d’espaces habitables. Publier devient synonyme de bâtir, un geste architectural. Mais qui produit ces espaces ? Qui en détermine la structure et les valeurs ? Qui en est l’architecte ? Peut-on les penser comme des espaces communs ou des espaces publics ?

Le rôle prépondérant des GAFAM dans la production de ressources et documents et dans le choix des critères de leur structuration a transformé l’espace du web en un espace privé, dont le fonctionnement est soumis avant tout à des intérêts commerciaux.

Est-il encore possible de produire des espaces communs et publics à l’époque des GAFAM ? Quel est le rôle que nous pouvons jouer en tant que professeurs et en tant que citoyens ?

Références bibliographiques

Epron, B., Vitali-Rosati, M., L’édition à l’ère numérique, Paris, La Découverte, « Repères », 2018.

Sinatra, M., Vitali-Rosati, M., Pratiques de l’édition numérique, Presses universitaires de Montréal, 2014.

Vitali-Rosati, M., Égarements. Amour, mort et identités numériques, Hermann Éditions, 2014.

Les valeurs que porte l’acte de publication,
et leur impact sur l’enseignement
par Hervé Le Crosnier

Hervé Le Crosnier

Hervé Le Crosnier est éditeur chez C&F éditions après avoir été bibliothécaire et fondateur de la liste Biblio-fr, puis avoir enseigné les techniques de l’Internet et la culture numérique à l’Université de Caen. @hervelc

Résumé

Pourquoi publier des documents alors que les médias sociaux permettent de faire circuler l’information (vraie ou fausse) et accélérer la « e-reputation » des auteur·e·s ? On peut étudier l’acte de publier sous quatre angles :

Publier, c’est prendre soin. Rendre public, c’est manifester une attention, une sollicitude envers la future lectrice.

Publier, c’est entrer en concurrence. L’économie de l’attention accorde plus d’importance aux productions salaces ou provocatrices qu’aux travaux réfléchis et construits.

Publier, c’est coopérer. On ne publie jamais seul : les idées ont des sources, les images et vidéos ont été déposées… Réfléchir aux licences ouvertes.

Publier, c’est rechercher la crédibilité des faits.

Former à la publication participe d’une culture participative, qui selon Henry Jenkins diminue les frontières entre l’expression artistique et l’engagement civique.

En filigrane se déploie l’intérêt d’introduire l’acte de publier dans l’éducation.

« Pour mesurer l’importance d’intégrer l’acte de publier dans les enseignements, il faut d’abord revenir sur les valeurs propres de cette mise en public des idées et des émotions. Puis considérer la production d’une culture participative et mesurer les enjeux de citoyenneté associés à l’éducation dans un monde de réseaux et d’information autant que de fausses nouvelles. »

Références bibliographiques

Le Crosnier, H., En communs. Une introduction aux communs de la connaissance, Éditions C&F, 2015.

Le Crosnier, H. Culturenum : Jeunesse, culture & éducation dans la vague numérique, Éditions C&F, 2013. 

Du mobile au web : ethno-sémiologie des pratiques
communicationnelles numériques juvéniles
par Laurence Allard

Laurence Allard

Maîtresse de conférences en Sciences de la communication, chercheuse à l’Université Paris 3-IRCAV et enseignante à l’Université Lille 3. @laurenceallard

« Cette communication s’attachera à décrire les pratiques communicationnelles des 13-24 ans telles qu’elles sont exercées à travers les applications de messagerie sociale (Instagram, Snapchat, Tik tok) et à leurs potentialités pour la publication en ligne. »

http://culturesexpressives.fr/doku.php

Références bibliographiques

Allard, L., Mythologie du portable, Paris, Le Cavalier Bleu, 2010.
Allard, L., Creton, L., Odin, R. (dir.), Téléphone mobile et Création, Paris, Armand Colin, « Recherches », 2014.
Allard, L., Alloing, C., Le Bechec, M., Pierre, J., « Les affects numériques », Dossier « Émergence », RFSIC, n° 11, juillet 2017.
Allard, L ., Creton, L., Odin, R., « Mobiles : enjeux esthétiques et artistiques », Théorème, n° 29, Presses universitaires de la Sorbonne, 2018.

 

La publication numérique :
nouvel eldorado des auteur.ices ?
par les représentants de la Charte des Auteurs et illustrateurs jeunesse

Intervenant.es : Samantha Bailly, présidente de La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, Silène Edgar, autrice jeunesse et membre de la plateforme collaborative CoCyclics, Édouard Brasey, auteur « hybride ».

Modération : Guillaume Nail, vice-président de La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. @CharteAuteurs

Résumé 

Du point de vue des auteur.ices, la publication sous forme numérique pose de nombreuses questions, tant d’ordre créatif qu’économique et social. Source d’inventions formelles et vecteur d’interactivité, elle change également la donne en ceci qu’elle rompt avec les circuits traditionnels et les intermédiaires. Certain.es développent ainsi leurs créations sur Internet en faisant l’impasse sur les intermédiaires traditionnels. Une démarche qui pose la question de sa monétisation. Comment rendre cette position viable dans la durée ? Quid de la rémunération ? Et quid des droits numériques, quelle pertinence pour les forfaits/bouquets numériques, au cœur notamment du droit de prêt en bibliothèque…

Sur tous ces sujets, la Charte remonte au quotidien les retours de ses adhérent.es pour suivre l’évolution des usages. Et parvenir à un équilibre entre liberté de création et respect des droits des auteur.ice.s.

La participation des élèves à Wikipédia :
à la recherche de conditions
favorisant les apprentissages informationnels
par Gilles Sahut

Gilles Sahut

Professeur documentaliste, formateur à l’ÉSPÉ de Toulouse, Université Jean Jaurès, Gilles Sahut est docteur en SIC et chercheur au Lerass (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales), Université Paul-Sabatier. @GillesSahut

Résumé

La participation des élèves à Wikipédia : à la recherche de conditions favorisant les apprentissages informationnels. Dans quelle mesure la participation des élèves à un projet de publication d’un média leur permet-elle de construire des compétences et connaissances sur ce média ? Cette question est ici abordée au travers d’une étude empirique portant sur un Wikiconcours lycéen. Nous avons ainsi comparé les connaissances et représentations des élèves sur Wikipédia avant et après le projet.

L’analyse des résultats témoigne d’une augmentation du score global de connaissances informationnelles sur le modèle éditorial de Wikipédia mais nous constatons que certaines connaissances ont évolué négativement. De surcroît, il s’avère qu’à l’issue du projet, les élèves ont, en moyenne, pris conscience de l’intérêt de prendre en compte les références bibliographiques pour évaluer les articles de l’encyclopédie sans pour autant effectivement mobiliser ce critère dans des tâches d’évaluation. Ces résultats sont discutés en s’appuyant sur différents référents (théorie des communautés de pratiques, transfert des apprentissages).

« Afin de compléter les études existantes, nous avons étudié la participation de classes de lycées (84 élèves) engagées dans un Wikiconcours. Nous nous sommes focalisés sur deux facettes de ce projet : l’acquisition de connaissances/compétences informationnelles sur Wikipédia induites par cette activité pédagogique d’une part et d’autre part l’étude des interactions entre élèves, enseignants et la communauté wikipédienne d’autre part. »

Références bibliographiques

Sahut, G., 2014, « Les jeunes, leurs enseignants et Wikipédia : représentations en tension autour d’un objet documentaire singulier », Documentaliste-Sciences de l’information, n° 2, vol. 52, pp. 70-79.

Sahut, G., Chabriac, K., 2015, Quand les lycéens contribuent à Wikipédia : quelles évolutions de leurs connaissances informationnelles? In Loicq, M., Rio, F. (dir.) . Les Jeunes : acteurs des médias. Participation et accompagnement, Paris, Éditions du Centre d’étude sur les jeunes et les médias, pp. 108-118.

 

Participer à l’élaboration collective des savoirs
en publiant sur Wikipédia :
retour sur l’expérience du Wikiconcours lycéen
par Perrine Le Dûs

Perrine Le Dûs

Professeure documentaliste, collège et lycée international de Valbonne-Sophia Antipolis (06)  @perrineld

Résumé

Au cours de ses dix-sept ans d’existence, l’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia s’est imposée dans les pratiques de recherche d’information formelles et informelles des élèves comme des enseignants.

Dans un objectif d’éducation aux médias et à l’information de tous les élèves, le professeur documentaliste peut s’en saisir à la fois comme un outil pédagogique puissant et comme un objet méritant un apprentissage spécifique. On abordera, avec la publication sur une encyclopédie collaborative, des notions-clés inhérentes aux six grands objectifs opératoires en information documentation :
– Être auteur ;
– Comprendre et s’approprier les espaces informationnels ;
– Partager des informations de façon responsable ;
– Comprendre, expérimenter le web et sa structuration ;
– Assumer une présence numérique ;
– Argumenter (matrice EMI développée par le groupe TraAM documentation de Toulouse).

Dans cette communication, nous nous pencherons ensemble sur l’intérêt, les enjeux et les écueils d’un projet pédagogique dans lequel les élèves sont amenés à publier en ligne sur Wikipédia, en nous appuyant sur l’exemple du Wikiconcours lycéen.

 

La posture élève-auteur dans une production
multi-médiatique, interactive et en ligne
par Thomas Bréant

Thomas Bréant

Professeur documentaliste, collège La Marquisanne (Toulon). @tomtom76600

Résumé

Après plus de trois années d’expérience dans ce domaine, la réflexion menée est de savoir comment la création collective d’une production interactive, publiée en ligne, peut encourager la posture d’élève-auteur pour des élèves en difficulté dans le développement de compétences liées à l’écriture. Le prétexte de la création d’une production multi-médiatique nous permet d’éviter certains blocages liés au rapport à l’écrit. La variété des formats nous pousse à réfléchir aux contraintes d’écriture.

Nous avons produit : des images, des photographies, des logos, des infographies, des vidéos, de la musique, des articles, des scénarios, etc Cela permet d’aborder la question du droit d’auteur de manière positive et dans des tâches qui donnent du sens à des notions parfois complexes.

Utiliser Wikipédia en classe
par Mathieu Denel

Chargé de mission éducation, association Wikimédia France.

Wikimédia France est l’association française, créée en 2004, qui œuvre pour le libre partage de la connaissance au travers des projets Wikimédia (Wikipédia, le Wikitionnaire, Wikimédia Commons, Wikidata, etc.).

Wikipédia est un véritable objet de recherche ainsi que le point de départ de nombreuses actions pédagogiques menées par des enseignant.e.s et professeur.e.s documentalistes principalement. Wikipédia, au même titre que les autres projets Wikimédia et les sites portant le même objectif de partage des connaissances, est un incontournable de la recherche documentaire. Mais il est, aussi, possible de produire du contenu dans Wikipédia, et ce gratuitement, sans aucun prérequis technique et sans condition de diplômes ou d’expertise.

La Wikipédia francophone (il existe 290 langues sur Wikipédia) requiert de sourcer les informations produites. C’est la force de Wikipédia et c’est ce qui rend son utilisation en classe tout à fait pertinente. Les notions de sources renvoient aux notions d’esprit critique, de fiabilité et de réputation. Qu’est ce qu’une bonne source ? Qui est l’auteur ? Quel est le ton ? . Autant de questions que les professeurs-documentalistes sont amenées à traiter quotidiennement et que Wikipédia reprend dans ses principes fondateurs au nombre de cinq, portant sur les notions de neutralités de point de vue, de pertinence de l’information et des sources qui y sont attachées.

L’association Wikimédia France proposera un atelier de sensibilisation et de formations aux usages de Wikipédia en classe.

Modèles de publication :  hybridations, valeur
par Ghislaine Chartron

Ghislaine Chartron

Professeur au CNAM, titulaire de la Chaire d’ingénierie documentaire

Résumé

L’Internet a installé une transformation profonde des modèles de publication des contenus. La comparaison trans-sectorielle des services de publication sur le web avait conduit à proposer en 2004 une grille de lecture en émergence [1]. Cette grille d’analyse mettait en exergue le type d’acteur central qui organise le modèle, la valeur distinctive créée et le mode de financement qui le pérennise.

Quatre idéaux types avaient été dégagés : la publication autoritative, pratique selon laquelle l’auteur (individuel au collectif) s’auto-publie sans la validation d’un médiateur; la publication distribuée : mise en circulation des contenus dont la valeur se construit progressivement par un réseau élargi d’internautes ; le modèle éditorial au sein duquel un acteur tiers organise la production et la diffusion des contenus ; un modèle méta-éditorial caractérisé par un processus d’agrégation de contenus de différents éditeurs pour la constitution d’une offre élargie.

Puis, le développement des réseaux sociaux, l’exploitation croissante de données multiples à des fins de calculs et de recommandations automatiques, ainsi que le verrouillage des utilisateurs sur des offres formatées avaient conduit à introduire d’autres modèles : le modèle data-éditorial, socio-éditorial et le modèle contextuel.

Cette communication s’attache à mettre en évidence les hybridations significatives qui se sont désormais développés entre ces modèles. L’hypothèse que nous travaillons est donc celle du développement de fortes hybridations de ces modèles et non d’une simple concurrence qui avait dominé les premières analyses. […]

Ces hybridations nous amèneront à discuter la question de la valeur portée par ces services de publication et à ré-ouvrir la question fondamentale du pouvoir politique des modes de publication, rejoignant plus largement celle du pouvoir des médias et du nécessaire recul critique.

Références bibliographiques

Rebillard, F., Chartron G., Quels modèles pour la publication sur le web ? Le cas des contenus informationnels et culturels, dans Actes du XIVe Congrès SFSIC, Béziers, 2004, pp. 303-310. archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000986 et rapport CNRS, archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001159 (consultés le 22/06/16).

Chartron G., « Édition et publication des contenus : regard transversal sur la transformation des modèles », in Publier, éditer, éditorialiser, Nouveaux enjeux de la production numérique,  Calderan, L. (dir.), Laurent, P.,  Lowinger, H.,  Millet, J. De Boeck Editeur, 2016. —https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01522295/document

Chartron, G., Broudoux, E. L’éthique en contexte de communication numérique. Déontologie, régulation, algorithme, espace public, De Boeck Supérieur, 2018.

Diffuser ou publier ?
Quels usages pour quel statut d’auteur ?
par AMarie Petitjean

AMarie Petitjean

Maître de conférences de Langue et Littérature françaises, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Agora. Master lettres & DU Ecriture créative et Métiers de la rédaction.

Résumé

Cette intervention interroge l’incidence des usages de la diffusion numérique des écrits sur le statut d’auteur et l’art d’écrire. Si devient auteur celui qui publie, l’élargissement de la notion de publication opéré par le net entraîne-t-elle une évolution des représentations de la figure de l’auteur ? Et le numérique incite-t-il à expérimenter et rapporter comme particulières les opérations de documentation, de composition, de révision des écrits, voire de déploiement de l’imaginaire ?

L’analyse part d’une description des usages de la « web littérature » à partir d’un réseau de sites gravitant autour de remue.net et d’une enquête auprès d’apprentis auteurs inscrits en formation diplômante. Elle est complétée par un recueil d’expériences auprès d’enseignants du secondaire familiers aux usages du numérique pour la classe de littérature.

Ces données convergent vers le constat que l’élan démocratique, sensible dans le développement des moyens de diffusion publique d’écrits personnels, ne remet pas en question de manière fondamentale les représentations de la figure de l’auteur. Il n’en va pas de même pour les modalités procédurales de rédaction, le genre lié au format de l’écrit, les références convoquées, le désir d’auctorialité. L’étude donne corps à une conception de la publication en ligne comme facteur de conscientisation d’éléments pérennes et au contraire évolutifs dans l’appréhension du littéraire.

Références bibliographiques

Brunel, M. & Petitjean, AM. (dir.), « Écriture numérique, vol. 2 : la conversion du littéraire ? », Le Français aujourd’hui, n° 200, Paris, Armand Colin, mars 2018.

Petitjean, AM. & Houdart-Merot, V. (dir.), Numérique et Écriture littéraire. Mutations des pratiques, Paris, Hermann, 2015.

Petitjean, AM., Cordier A., Alamargot D. (dir.), « Écriture numérique, vol. 1 : des usages sociaux aux formations », Le Français aujourd’hui, n° 196, Paris, Armand Colin, 2017.

 

Quelle place pour l’EMI dans la lutte
contre le cyberharcèlement à l’école ?
par Bérengère Stassin

Bérengère Stassin

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Crem (EA 3476), Université de Lorraine. @b_stassin

Résumé

En France, environ 10 % des élèves sont victimes chaque année de harcèlement scolaire, c’est-à-dire de violences physiques et psychologiques qui sont exercées de manière répétée à leur encontre et dont les conséquences peuvent parfois être terribles. S’il y a quelques années encore les victimes trouvaient un peu de répit une fois sorties de l’école, il n’est pas rare aujourd’hui que leurs agresseurs les poursuivent en dehors des temps et des lieux scolaires par le biais des smartphones et des réseaux sociaux.

Le harcèlement se transforme alors en cyberharcèlement et prend différentes formes : usurpation d’identité, insulte, moquerie, publication de photos intimes ou de vidéos d’agression. Les contenus violents, insultants, compromettants publiés en ligne ont la caractéristique, comme tout contenu numérique, de laisser des traces qui entachent l’image et la réputation de la victime, mais qui peut aussi entacher celles des agresseurs.

Ces traces, constitutives de l’identité numérique de leurs destinataires et destinateurs, peuvent en outre ressurgir à tout moment : nuire encore et encore à la réputation des personnes, constituer une preuve des méfaits en cas de dépôt de plainte, etc. Investir la notion de traces numériques dans l’EMI, conjointement à celle d’identité numérique, est susceptible de contribuer à la lutte contre ces nouvelles formes de violences entre pairs, l’EMI ayant pour objectif d’éveiller l’esprit critique des élèves, de leur apprendre à exercer une citoyenneté informationnelle et numérique.

Références bibliographiques

Stassin, B., Simonnot, B., Traces numériques et lutte contre la cyberviolence scolaire. In ZLITNI Sami, Liénard, F. (dir.) Actes du Ve colloque international « Réseaux sociaux, traces numériques et communication électronique », Le Havre, 6-8 juin 2018.

 

Approche critique de la publication de contenus informationnels sur Internet :
des savoirs d’action prescrits aux savoirs enseignés
par Kaltoum Mahmoudi

Kaltoum Mahmoudi

Professeure documentaliste, lycée Valentine-Labbé, La Madeleine (59). Doctorante en sciences de l’information et de la communication.

Résumé

Former l’esprit critique des élèves [2]. La force discursive de cette formule assigne à l’esprit critique une existence et une reconnaissance politique et sociale. Instaurée en présupposé d’urgence suite aux attentats en France, la formation de l’esprit critique demeure la grande ambition de l’école. Pour autant et bien que convoqué de manière récurrente sur le plan discursif, l’esprit critique demeure un concept flou et peu explicité.

Qu’est-ce que l’esprit critique ? En quoi l’esprit critique est-il également une condition nécessaire à la publication d’information en contexte numérique ? Penchons-nous sur la définition de ce concept et sur ces questionnements dans le premier temps de cette communication.

Nous chercherons dans un second temps à comprendre ce que sous-tend une éducation critique à l’information et aux médias (ECIM) en termes de savoirs en jeu (des savoirs prescrits par l’institution scolaire aux savoirs enseignés/enseignables), d’aptitudes comportementales et de compétences à acquérir. En somme, quel(s) contenu(s) didactique(s) pour cette éducation dont l’une des finalités est d’amener l’élève vers une posture critique de producteur d’information ?

 

La publication sur le web : enjeux pédagogiques
et éthiques liés à la publication de médias scolaires
par Isabelle Féroc Dumez, Elsie Russier (CLEMI)

Isabelle Féroc-Dumez

Isabelle Féroc Dumez, enseignante-chercheure en Sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, ÉSPÉ et Laboratoire TECHNE. Directrice scientifique et pédagogique du CLEMI. @LeCLEMI.

Elsie Russier

Elsie Russier, formatrice au Pôle Labo du CLEMI national et responsable du Wikiconcours lycéen @elsierussier

Résumé

Depuis 2002, le CLEMI est le dépositaire pédagogique officiel des journaux papier réalisés par les élèves dans leurs établissements scolaires. Il collecte, archive et valorise ces publications, dont il conserve la mémoire.

Lors de la formation des enseignants et au quotidien, le CLEMI est sollicité sur des questions de droit de la publication, de problématiques de censure, etc.  Les formateurs académiques et nationaux accompagnent les personnels éducatifs et enseignants, conseillent les rédactions lycéennes pour amorcer et maintenir une posture responsable et éthique durant les processus de rédaction et de publication.

L’apparition des médias numériques et/ou sociaux pose de nouvelles questions sur l’espace médiatique des élèves, qui dépasse ainsi le cadre scolaire. La définition même de « média scolaire » est bousculée : posture de l’enseignant et des élèves, supports de diffusion et lectorat potentiel, porosité des sphères publique et scolaire, etc.

L’ÉMI est aussi un champ de connaissances et de compétences à l’œuvre dans les projets pédagogiques de publication scolaire. Il est nécessaire de réfléchir aux limites de la liberté d’expression : de quoi peut-on parler et de quoi ne peut-on pas parler à des élèves, à leurs parents, etc. ; comment en parler ? peut-on tout dire et tout montrer ? Mais aussi aux questions de droit à l’image, droit à l’oubli et au silence, respect d’autrui. C’est aussi l’occasion de confronter l’éthique pédagogique à celle du journalisme.

Références bibliographiques

Médias & information, on apprend !, édition 2018-2019, CLEMI / Réseau Canopé, 2018. En ligne : https://www.clemi.fr/fr/ressources/brochures-medias-information-on-apprend.html

Éducation aux médias et à l’information à l’école primaire, édition 2018, CLEMI / Réseau Canopé, 2018. En ligne : https://www.clemi.fr/fr/emi-ecole-primaire.html

Guide pratique Famille Tout-écran : conseils en éducation aux médias et à l’information, CLEMI / Réseau Canopé, 2017. En ligne : https://www.clemi.fr/fr/guide-famille/guide-pratique-la-famille-tout-ecran.html

Dossier pédagogique de la Semaine de la presse et des médias dans l’école®, CLEMI / Réseau Canopé, 2019. En ligne:  https://www.clemi.fr/fileadmin/user_upload/Brochures/SPME-2018-2019/brochure-spme-2018-2019-l-information-sans-frontieres.pdf

 

La webradio au service des compétences orales,
citoyennes, sociales et médiatiques des élèves
par Céline Thiery

Céline Thiery

Professeur documentaliste lycée Marguerite de Navarre (Alençon) et formatrice parcours MEEF documentation (ÉSPÉ Caen). @CelineThiery

Résumé

Parmi les formes de publication récente, la webradio est souvent peu ou mal connue. Perçue par certains comme un outil d’innovation pédagogique au service de l’oral, par d’autres comme un outil « futile » ou réservé au domaine du périscolaire. Prenant appui sur une diversité de pratiques (projets webradio en interdisciplinarité, en ateliers de la maternelle à la Terminale, formation d’enseignants stagiaires à l’ESPE), la contribution visera à redéfinir la notion de Webradio et à montrer qu’elle permet de travailler des compétences plus larges que la simple question de l’oral.

 

Calendrier de l’Avent du domaine public
par Florence Colin

Florence Colin

Formatrice Documentation, ÉSPÉ de Créteil / UPEC. Coordination LSF @ColinFlo

SavoirsCom1 @SavoirsCom1

Florence Colin présentera le projet de « Calendrier de l’Avent du domaine public » en rappelant les règles du droit d’auteur et en soulignant l’intérêt d’utiliser les œuvres du domaine public avec les élèves (dans un objectif de création/publication). Puis elle proposera aux participants de trouver un auteur entrant dans le domaine public en janvier 2020 et de se positionner pour en rédiger un portrait pour le calendrier. Le principe de l’association étant de proposer une publication collaborative, ouverte et non modérée.

 

Pourquoi la critique de l’économie politique du numérique
est nécessaire à l’éducation aux médias
par Nikos Smyrnaois

Nikos Smyrnaois

Maître de conférences à l’université de Toulouse, chercheur au Lerass (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales).

Résumé

La forme actuelle de l’Internet ne doit rien à ces caractéristiques techniques supposément intrinsèques mais résulte des relations complexes entre acteurs dont les intérêts économiques et politiques sont à la fois puissants et antagoniques. Prendre en considération ces relations apparaît comme une nécessité car on ne saurait isoler et encore moins essentialiser des activités purement numériques, puisque le numérique doit être pensé et conçu comme un équipement de l’activité et non comme son déterminant. Dès lors, une éducation aux médias à la hauteur des enjeux de notre temps appelle à saisir simultanément ce qui se passe en ligne comme hors ligne et de resituer cette transformation dans une perspective diachronique qui prend en compte les processus historiques, sociaux, politiques, techniques et économiques à l’œuvre.

Notre communication propose de montrer en quoi la critique de l’économie politique du numérique, en lien avec des évolutions plus larges de notre société, est nécessaire à côté des champs plus classiques de l’éducation aux médias comme l’analyse du contenu ou celle des usages.

Dérégulation, financiarisation et mondialisation de l’économie ; déstructuration et précarisation du travail ; concentration des moyens de production ; marchandisation accrue des rapports sociaux médiés. Ce ne sont là que quelques exemples des phénomènes socioéconomiques et politiques qui caractérisent les mondes sociaux contemporains et qui surdéterminent l’évolution des dispositifs numériques, sur lesquels nous appuierons notre démonstration.

Références bibliographiques

Smyrnaios, N., Les GAFAM contre l’Internet. Une économie politique du numérique, INA éditions, 2017.

Smyrnaios, N., « L’Internet comme vecteur d’hétéronomie journalistique: une approche socioéconomique » in Roland Canu, Johann Chaulet, Caroline Datchary, Julien Figeac (dir.), Critique du numérique, L’Harmattan, Paris, 2018.

Smyrnaios, N., Marty, E., « Profession « nettoyeur du Net ». De la modération des commentaires sur les sites d’information français », Réseaux, vol. 205, no 5, 2017, pp. 57-90.

Smyrnaios, N., Ratinaud, P., «The Charlie Hebdo Attacks on Twitter: A Comparative Analysis of a Political Controversy in English and French », Social Media+ Society, 2017, volume 3.

Numook, un dispositif interdisciplinaire et multi-partenarial
pour développer la lecture et l’écriture des adolescents
par Sonia de Leusse-Le Guillou

Sonia de Leusse-Guillou       © F. Berthet

Directrice de Lecture Jeunesse et de la rédaction de la revue Lecture jeune @LectureJeunesse

Résumé

Numook, créer collectivement un livre numérique. Numook est un projet qui vise à développer la lecture et l’écriture des adolescents à travers la création collective d’un livre numérique.

Dispositif interdisciplinaire et multipartenarial, il repose sur la collaboration d’au moins trois enseignants et d’une bibliothèque associée au projet. Comment fonctionne ce dispositif, quels sont ses objectifs et ses perspectives en 2019 ? Pourquoi le mettre en place dans sa classe ?

La publication comme typothérapie
par Nicolas Taffin

Nicolas Taffin

Enseignant associé au Master édition à l’Université de Caen-Normandie. Concepteur graphique et éditeur (cofondateur de C&F éditions). @NT_polylogue

Résumé

Nous aimerions, par une communication étayée sur la littérature et quelques exemples et illustrations, souligner ce qui se passe, et même se joue, dans l’acte de composition du texte, de mise en page d’une publication électronique ou imprimée. Le texte une fois composé n’est plus tout à fait le même. Mais en quoi précisément diffère-t-il du manuscrit-tapuscrit de l’auteur ?

L’apport de la typographie n’est peut-être pas uniquement la meilleure reproductibilité du texte, encore moins simplement cosmétique ou décoratif. C’est un levier si important dans notre monde de signes qu’il a toujours été contrôlé de très près, d’abord par un privilège, puis par l’obligation de dépôt légal, aujourd’hui étendue au Web. Ce levier est massivement actionné par la publicité et l’industrie. Dans ces conditions, un enjeu démocratique se joue certainement dans l’initiation à la production des signes.

Références bibliographiques

Taffin, N., Pages Publiques : à la recherche des trésors du domaine public, Éditions C&F, 2014

Taffin, N., Révolution Paine. Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains, Éditions C&F, 2018.

Publier pour enseigner :
au-delà de la prise en main d’un outil pédagogique
par Florence Colin

Florence Colin

Formatrice Documentation, ÉSPÉ de Créteil / UPEC. Coordination LSF . @ColinFlo  

Résumé

La recherche en sciences de l’information a montré tout l’intérêt pédagogique de passer par la publication en ligne pour faire acquérir aux élèves des compétences numériques [3].

Il semble donc pertinent d’adopter la même approche en formation des enseignants, afin de faire éprouver aux étudiants la situation pédagogique qu’ils/elles vont proposer à leurs élèves, puis d’y associer des temps d’analyse.

Au-delà de compétences de recherche d’information et d’expression publique, c’est une réflexion globale qui va être amorcée à travers plusieurs mises en situation (articles Wikipédia, participation au calendrier de l’Avent du domaine public, mise en ligne de capsules pédagogiques…). Rédiger à plusieurs à distance via des outils numériques, c’est apprendre à collaborer mais aussi comprendre l’intérêt de pouvoir s’appuyer sur une communauté d’apprentissage. Mettre en pratique ses connaissances en matière de droit d’auteur ou de liberté d’expression, c’est aussi définir son champ d’expertise au sein de la communauté pédagogique et ainsi y trouver sa place.

Références bibliographiques

Michaux-Colin, F., « Investir l’Éducation aux médias et à l’information au collège, une question de légitimité ? Trois cas d’usage dans le cadre scolaire» (mémoire de master en cours de publication, 2018), Université Paris-Est Créteil, France.

Colin, F., Leclère, C., « Contribuer à Wikipédia pour s’initier à la pédagogie de projet en formation initiale », Docpourdocs, 8 juin 2018. En ligne : https://www.docpourdocs.fr/spip.php?article624.

Colin, F., Émile Dubuisson. Calendrier de l’Avent du domaine public, 12 décembre 2017. En ligne :  http://aventdudomainepublic.org.

 

« Profs-docs » vs « dames du CDI » sur le web :
panorama des pratiques de publication
des professeur·e·s-documentalistes et de leurs représentations
par Claire Cassaigne

Claire Cassaigne

Professeur documentaliste au collège Gérard-Philipe (Paris), éditrice du blog de veille Fenêtre Sur. @fenetresur

Résumé

Les publications des professeurs-documentalistes sur le web sont protéiformes, via le portail documentaire, les blogs, les sites web ou encore les réseaux sociaux. Pour en identifier les modalités d’énonciation, plus de 200 professeurs-documentalistes ont répondu à des questionnaires, en 2011 et 2018. L’examen de ces gestes professionnels permet d’évaluer dans quelle mesure les publications des « profs-docs » à destination de leur pairs diffèrent-elles de celles adressées à ceux qui continuent encore souvent de voir en eux·elles « la dame du CDI ».

En quoi les modalités de publication issues de ces deux postures, individuelle et institutionnelle, reflètent-elles les enjeux du métier et de ses représentations ? L’enquête permet de préciser et d’analyser les outils, les buts, les contextes et les contraintes de publication. Ainsi, il est possible de dresser un panorama des pratiques, des représentations et de l’évolution de la publication sur le web par les professeur·e·s-documentalistes.

Références bibliographiques

Fenêtre sur : blog de mutualisation à destination des professeurs-documentalistes, http://fenetresur.wordpress.com

Cassaigne, C., « Les cartes mentales », Les Cahiers pédagogiques, n° 508 (dossier : Apprendre à chercher, chercher pour apprendre), novembre 2013.

Cassaigne, C., « Vers une identité numérique des CDI », InterCDI, n° 236, mars-avril 2012.

Invités de la table-ronde pour un partage d’expériences

Tiphanie Jourdain

Tiphanie Jourdain, professeure-documentaliste au collège Jean-Jacques-Rousseau Othis (77)  @tiphanie_j ‏. Animatrice du site Lirado http://www.lirado.com. Son portrait à retrouver sur le site de Gribouilles de doc : https://gribouillesdedoc.wordpress.com/2018/03/21/la-ligue-des-profs-docs-extraordinaires-episode-2-tiphanie-jourdain-alias-lirado/

Florian Reynaud

Florian Reynaud, professeur documentaliste au collège du Renon à Vonnas (Ain). Développeur du logiciel InfodocLog. Président de l’APDEN Lyon. @florian_reynaud. Animateur sur des sites : https://iddocs.fr/ et https://profdoc.iddocs.fr/

Publier sur les Réseaux sociaux : quelles pratiques prescrites ?
par Adeline Segui Entraygues

Adeline Segui-Entraygues

Professeure documentaliste dans l’académie de Bordeaux. Doctorante en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire de recherche MICA (Montaigne Humanités). @aentraygues

Étude de projets pédagogiques dans le second degré.

Résumé

Notre communication propose une analyse des pratiques pédagogiques de publication sur les RSN et analyse la relation entre pratiques informationnelles juvéniles et culture de l’information. Nous distinguerons pour ce faire, les pratiques prescrites des pratiques informelles en nous appuyant sur les différences de contextualisation et de finalités.

On s’intéressera à travers une méthodologie compréhensive qualitative aux pratiques et aux représentations des enseignants-documentalistes et des élèves des RSN. En associant observation de situations et entretiens avec des apprenants et des enseignants et en s’appuyant sur une séquence de formation aux médias sociaux, il sera question de comprendre comment la publication sur les RSN s’insère dans une pédagogie documentaire et permet un accompagnement des pratiques informelles.

Références bibliographiques

Segui Entraygues, A., « Pratiques prescrites scolaires et pratiques informationnelles informelles : les RSN dans la culture de l’information au lycée », communication aux Journées doctorales de la SFSIC, 14-16 juin 2017, Villeurbanne. En ligne https://www.sfsic.org/index.php/services-300085/bibliotheque/doctorales-2017/900-aedoct17

Segui Entraygues, A., « Les réseaux sociaux numérique pour s’informer : une approche citoyenne », https:/www.reseau-canope.fr/agence-des-usages/que-dit-la-recherche.html  Juillet 2017.

Segui Entraygues, A., « D’un poster à une communication scientifique Retour sur une démarche intellectuelle ». Les cahiers de la SFSIC. Juin 2017.

Segui Entraygues, A., « Rencontres lyonnaises autour de l’EMI », Intercdi, n° 266, mars-avril 2017.

Segui Entraygues, A., « Vers des usages scolaires des médias sociaux », Médiadoc, n°14, juin 2015.

Segui Entraygues, A., « Enseigner les médias sociaux par les médias sociaux ».  Intercdi, n°257, septembre 2015.

 

La publication sur YouTube :
représentations et pratiques d’adolescents
par Sandrine Philippe

Professeure documentaliste en collège, Sandrine Philippe est également doctorante au CREM, Université de Lorraine. Débutée en 2017 sous la direction de Brigitte Simonnot, sa thèse porte sur les pratiques d’adolescents sur YouTube.

Résumé

En 2014, l’étude JAMES a relevé l’intérêt des jeunes pour YouTube ; site favori des adolescents interrogés, ceux-ci le consultent à la fois pour se divertir et s’informer. Très présente parmi leur paysage informationnel, cette plateforme les confronte quotidiennement à de nombreux enjeux relevant de la culture informationnelle.

Cette communication traitera plus particulièrement de la publication de vidéos telle que perçue et éventuellement pratiquée par les adolescents. En prenant appui sur une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des jeunes âgés de 11 à 19 ans, il s’agira, d’une part, de préciser leur perception de la figure de l’auteur et de l’acte de publication sur YouTube, et d’autre part, de décrire les pratiques de publication des adolescents rapportées lors de certains entretiens afin de cerner les notions de culture informationnelle en jeu à travers ces pratiques non-formelles.

Références bibliographiques

Sandrine Philippe, Brigitte Simonnot, Les adolescents et YouTube, des loisirs aux savoirs. Quelle figure des Youtubeurs dans l’évaluation de l’information en ligne ?. Colloque Youtubeurs, Youtubeuses, novembre 2017, Tours, France.

 

Le numérique ? C’est de l’écriture ! Éloge de la lecture
par Emmanuël Souchier

Emmanuel Souchier

Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne CELSA (école des hautes études en sciences de l’information et de la communication), directeur du GRIPIC EA 1498, École doctorale Concepts et langages (ED 433).

Résumé

Depuis l’aube des temps, l’homo communicans que nous sommes a conçu — et mis en place au fil de son histoire — un ensemble disparate de pratiques et de langages, d’outils, de dispositifs ou de processus de communication fort variés. Et parmi les plus belles inventions pouvant répondre à la nécessité qu’il ressentait de communiquer, il a mis au point l’écriture. Or l’écriture présente aujourd’hui une particularité pour le moins inattendue. Cette vieille compagne qui a forgé nos modes de penser se trouve être en effet située au cœur des moyens de communication contemporains.

C’est sur ce constat un peu surprenant — de la rencontre de l’écriture et des médias informatisés — que je souhaiterais m’arrêter. Avec une déclaration initiale : « Le numérique, c’est de l’écriture ! » D’où mon souhait simple d’en venir à un éloge de la lecture… susceptible — peut-être — d’éclairer tant soit peu la thématique de notre congrès consacré à « la publication sur le web ».

Références bibliographiques

Queneau, R., Exercices de style, Édition d’Emmanuël Souchier, « Folio anniversaire », n° 5393, Gallimard, 2012.

Souchier, E. (dir), Candel, E., Gomez-Mejia, G., Jeanne-Perrier, V., Le numérique comme écriture, Théories et méthodes d’analyse, Armand Colin, 2019 (à paraître).

Souchier, E., Zali, A., Un texte sans rivage. Film réalisé dans le cadre de l’exposition Chemins d’écritures, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2014-2015. Réalisation Dominik Barbier, Anne Van den Steen ; son Christophe Bouin, Recording Studio Marseille, Production Fearless ©, 2014.

Partie 1. – Révolution ou mutation ? https://www.youtube.com/watch?v=mARoHeWH1LI

Partie 2. – Les deux visages de l’écriture https://www.youtube.com/watch?v=12fCULS_UeI

Partie 3. – La scène de l’écriture dans le codex https://www.youtube.com/watch?v=tmfak24HTJE

Partie 4. – Sous le signe du secret https://www.youtube.com/watch?v=DkaRcuDyWLI

Partie 5. – La fabrique du texte numérique https://www.youtube.com/watch?v=m4vKh520Vn0

Notes

[1]. cnrs.fr/sic_00000986 et rapport CNRS, archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001159.

[2]. http://eduscol.education.fr/cid107295/former-l-esprit-critique-des-eleves.html

[3] Ertzsheid, Olivier (2012). Et si on enseignait vraiment le numérique ? [en ligne]. Le Monde.fr, 3 mars 2012. Disponible à : https://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/03/et-si-on-enseignait-vraiment-le-numerique_1679218_3232.html.

APDEN, Association des professeurs docume,ntalistes de l'Éducation nationalesLieu du Congrès :

 AUDITORIUM PHELMA, STAND n° 8 – 3 PARVIS LOUIS-NÉEL, GRENOBLE.

• APDEN, Association des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale, 16, rue Nicolas-Leblanc, 93200 Saint-Denis. contact@apden.org

• Voir sur ce site la présentation de l’APDEN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *