« Les Frères Lehman », de Stefano Massini, Prix Médicis Essai 2018

Mis en avant

"Les Frères Lehman", de Stefano MassiniDans la danse avec les frères Lehman

En donnant un chant épique qui se déroule sur un air de piano mécanique, Stefano Massini saisit la trépidation de l’Amérique à travers le destin d’une dynastie, celle des banquiers Lehman.

Du rythme avant toute chose, semble nous dire Stefano Massini dont le livre à peine ouvert saisit son lecteur, le prend par la main pour l’entraîner dans la ronde de la vie des frères Lehmann.

Tout se passe comme si le premier arrivant passait son bras sous le vôtre pour ne plus vous lâcher avant le terme de cette aventure, la fin de la partie et celle de la musique.

Lire la suite

Lire et étudier «Ceux de 14». Hommage à Maurice Genevoix, cent ans après

Mis en avant

Maurice Genevoix, "Ceux de 14"Voilà cent ans, Maurice Genevoix, jeune officier d’infanterie de 23 ans, parti en campagne contre l’Allemagne dès août 1914, connaissait aux Éparges une expérience combattante douloureuse à plusieurs titres.

Ayant pourtant été témoin à plusieurs reprises de la mort reçue et donnée, de l’épreuve du feu au plus fort de batailles et d’offensives meurtrières, il est engagé en février 1915 avec le 106e RI de Chalons, au sud-est de Verdun, dans de terribles conditions. Le piton des Éparges et son point X se trouvent aux mains des troupes allemandes.

À l’est, la plaine de la Woëvre, à l’ouest, l’organisation défensive française. Pour les Allemands, il s’agissait de pouvoir couper les communications françaises et étouffer Verdun ; pour les Français, de réduire le saillant allemand.

Lire la suite

Se souvenir du 13 novembre 2015 avec une classe de collège

Trois ans après, les plaies des attentats du 13 novembre restent vives. Cette effroyable vague de violence en plein Paris a pour longtemps touché le cœur de la République française.

Or, pour un professeur, à chaque date « anniversaire », comme celle aussi du 7 janvier 2015, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, une interrogation resurgit. Faut-il embrayer sur ces sujets douloureux avec les élèves ou les laisser appréhender seuls et/ou avec leurs parents la rétrospection de faits ?

Lire la suite

XIe Congrès des professeur.e.s documentalistes de l’Éducation nationale

XIe Congrès des professeurs documentalistes : « La publication sur le Web, un objet pédagogique et didactique pour les professeurs documentalistes »Créée en 1972, l’APDEN (ex-FADBEN) regroupe des professeurs documentalistes de l’enseignement secondaire et supérieur. Elle fédère un ensemble d’associations qui décident annuellement, en comité directeur, des orientations à suivre. En tant qu’instance de réflexion sur la pratique et l’évolution de la profession, elle a joué un rôle primordial dans la création du CAPES de sciences et techniques documentaires, création qui fut annoncée, en même temps que celle d’un poste de professeur documentaliste dans chaque établissement scolaire, par Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale, lors du premier congrès de l’association en mai 1989.

Ainsi, depuis 1989, l’APDEN organise tous les trois ans le Congrès des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale. Le prochain se tiendra à Grenoble, du 22 au 24 mars 2019. On y célébrera donc les trente ans du CAPES et la reconnaissance de la mission pédagogique des professeurs documentalistes autour du thème suivant :

« La publication sur le Web, un objet pédagogique et didactique
pour les professeur.e.s documentalistes »

Lire la suite

« La Fin du cauchemar. 11 novembre 1918 », de Rémy Cazals

« La Fin du cauchemar. 11 novembre 1918 », de Rémy Cazals« Le canon ne tonnera plus… »

« La guerre appartient à la grande histoire qui écrase l’individu. » Luttant contre cet a priori et contre les tenants d’une histoire inscrite dans un « roman national » gonflé d’idées reçues, Rémy Cazals s’intéresse à une histoire populaire des acteurs, celle des expériences de l’intime des soldats et des civils plongés dans la guerre, replacées dans une perspective sociale.

Ce petit livre remarquable nous livre d’emblée ce qu’ont vécu plusieurs dizaines de soldats et de civils « au ras du sol » ce 11 novembre 1918. Rémy Cazals, l’inventeur des carnets de guerre du tonnelier Louis Barthas publiés en 1978 par François Maspero, restitue par là toute la complexité des sentiments vécus par les acteurs de cet armistice qui marque la fin des combats, mais pas encore la paix.

Lire la suite

« Le Feu », d’Henri Barbusse : une approche pluridisciplinaire au collège et au lycée

"Le Feu", d'Henri Barbusse, "Classiques abrégés"

« Le Feu », d’Henri Barbusse, « Classiques » de l’école des loisirs

La lecture du Feu, qui touchera collégiens et lycéens, est particulièrement recommandée pour la classe de troisième. Les élèves doivent, en effet, s’attacher aux « formes du récit aux XXe et XXIe siècles », et notam­ment aux « romans et nouvelles des XXe et XXIe siècles porteurs d’un regard sur l’histoire et le monde contemporains ».

Il s’agit néanmoins d’une œuvre exigeante, même dans sa version abrégée, dans la mesure où le récit ne propose ni chronologie linéaire, ni focalisation unique. Sa lecture s’inscrit en outre pleinement dans le thème transversal au pro­gramme d’histoire : « Les arts, témoins de l’histoire du monde contemporain » (BOÉN, n° 42 du 14 novembre 2013).

Lire la suite

La Grande Guerre à l’école primaire à travers la littérature et les arts

Le blog du CM2 de l’école Sévigné, à Narbonne

Depuis quelques jours ont lieu partout en France des commémorations célébrant la fin de la Grande Guerre et les médias proposent de multiples articles et reportages… Dans les écoles, chaque classe de CM2 peut mettre à profit la date du 11-Novembre pour expliquer ce qu’est l’armistice et évoquer la première guerre mondiale.

Jusqu’aux programmes de 2016, les leçons d’histoire concernant 1914-1918 dans les manuels scolaires étaient descriptives et linéaires, allant de l’assassinat de l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie à Sarajevo à la signature de l’armistice dans un wagon de chemin de fer à Rethondes dans la forêt de Compiègne.

Les enseignants ont désormais pour rôle d’amener les enfants à mieux connaître et comprendre les événements du passé en devenant eux-mêmes de véritables investigateurs de cette période, par la découverte des traces du passé dans leur propre environnement. Cette démarche proactive nécessite une mutualisation des connaissances dont les recherches sont grandement facilitées de nos jours par l’outil numérique. Elle permet aux élèves de mener à leur niveau un passionnant travail de jeunes enquêteurs-historiens.

Lire la suite

« Métamorphoses des Imaginaires et représentations de l’Orient, questions de regard(s) »

« La Liberté guidant le peuple » (I), lycée François-Truffaut © Maurizio Montobbio, 2018

Depuis trois ans, les élèves du lycée professionnel tertiaire François-Truffaut (Paris 3e) sont accueillis par le Musée national Eugène-Delacroix. Le projet Métamorphoses leur propose, encadré par leur professeur de Lettres-Histoire, de réinterpréter les œuvres et de les restituer sous forme de mises en scène filmées.

Les œuvres sont ainsi « métamorphosées », tout comme les jeunes qui sont force de proposition, acteurs, metteurs en scène, costumiers, techniciens, en participant activement à la conception et à la réalisation de vidéos.

Lire la suite

L’invasion de « Zèbres » dans les écoles du XXIe siècle

Illustration : Lily-Rose Harel

Depuis quelques années, nous assistons à une invasion de zèbres dans nos écoles, collèges et lycées. Animaux extraordinaires ou chimères agaçantes, les zèbres ne laissent pas indifférent le monde de l’éducation et questionnent sur leur place dans le système scolaire.

Qui sont-ils ? Pourquoi les repérons-nous seulement maintenant ? Quelles sont leurs particularités ? Et surtout, comment évoluent-ils, à l’âge adulte ?

Lire la suite

« À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923 ». Aux racines du siècle présent

Le 11 novembre 1918, la guerre s’achevait sur le front de l’Ouest, entre les Allemands, les Français et leurs alliés. Nous avons pris l’heureuse habitude de célébrer cet armistice, et la célébration prendra cette année un tour très particulier.

Nous célébrons la paix, même si nous savons qu’elle aura été de courte durée, ne serait-ce qu’en raison de l’absence de l’Allemagne vaincue à la table des négociations de 1919, pour la signature du Traité de Versailles. D’autres pays étaient présents, dont on découpait les territoires, avec plus ou moins de justesse ou de justice.

Dans ces pays d’Europe centrale et orientale, des Balkans ou du Levant autrefois ottoman, les armes ne s’étaient jamais tues, les massacres ne s’étaient pas interrompus, les mouvements migratoires se poursuivaient : les réfugiés qui allaient d’un lieu à l’autre à travers l’Europe étaient environ douze millions.

Lire la suite