« Glory », de Kristina Grozeva et Petar Valchanov

"Glory", de Kristina Grozeva et Petar ValchanovLe cinéma bulgare nous donne rarement de ses nouvelles. Sa santé est à vrai dire fragile. En dépit d’une petite embellie observée en 2016, le pays ne parvient guère à produire plus d’une vingtaine de films par an. Peu franchissent ses frontières.

Raison de plus pour jeter un regard attentif au second volet (après La Leçon en 2015) de la trilogie sociale réalisée par Kristina Grozeva et Petar Valchanov.

 

Lire la suite

« Thérèse Raquin », d’Émile Zola

Émile Zola par André Gill, "L'Éclipse", 16 avril 1876

Émile Zola par André Gill, « L’Éclipse », 16 avril 1876

Petit joyau d’amour noir dans l’écrin monumental de l’œuvre zolienne, Thérèse Raquin a été reçu par la critique, selon les mots même de l’auteur, « d’une voix brutale et indignée« . Ce roman spectaculaire dans lequel Sainte-Beuve lisait « une sorte d’enfer retourné » est tout entier nourri des noirceurs du crime, des chairs vivantes de l’œuvre et se situe à mi-chemin d’une kyrielle de tentations littéraires, de traditions et de tendances esthétiques.

L’édition que propose François-Marie Mourad rend très bien compte des différentes strates de la rédaction et de la réception de Thérèse Raquin, des inspirations de « faits divers » à la destinée de l’œuvre, explorant l’entreprise esthétique et littéraire initiée par Zola, le scandale qu’occasionna sa parution et déchaîna une certaine critique ainsi que l’encrage d’une telle œuvre dans l’histoire artistique du XIXe siècle.

Lire la suite

Concours des dix mots : la langue est un lien inestimable, vecteur d’égalité et d’épanouissement

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots accueillis dans la grande salle des séances de l’Académie française © CR

Jeudi 18 mai une rencontre hautement improbable a eu lieu dans la grande salle des séances à l’Académie française : on a pu voir se croiser  des sixièmes de l’académie de Versailles, des collégiens du Sénégal, des élèves d’un collège australien, d’autres d’un lycée général, d’autres encore de lycées professionnels, des élèves également de classes d’accueil, des professeurs et leur élève d’un centre pénitentiaire.

L’Académie de Mazarin retrouvait pour un jour sa finalité première, un collège des nations, un collège des provinces, des éloignés de  Paris,  c’est que se célébrait en ce jeudi  un événement fédérateur autour de la langue : la remise des prix du concours Dis moi dix mots.

Lire la suite

« 14 ans, premier amour », d’Andreï Zaïtsev

"14 ans, premier amour", d’Andreï ZaïtsevLa douce fragilité du premier film du cinéaste russe Andrei Zaïtsev est tout entière inscrite dans son titre. 14 ans, premier amour a la concision des regards énamourés jetés à la dérobée.

Sa juxtaposition nominale évoque la nervosité, la raideur du jeune cœur épris qui bat à tout rompre ; elle annonce l’angoisse, l’attente fébrile, le souffle court du premier émoi.

Lire la suite

Concours des dix mots 2016-2017, « Dis-moi dix mots sur la Toile ». Les créations des lauréats

Les lauréats du Concours des dix mots rassemblés dans la cour de l'Institut de France autour d'Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française © CR

Les lauréats du Concours des dix mots rassemblés dans la cour de l’Institut de France autour d’Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française © CR

Le Concours des dix mots 2016-2017, « Dis-moi dix mots sur la Toile », est organisé par le ministère de la Culture et de la Communication (DGLFLF), en concertation avec les partenaires francophones, et avec l’Institut français, l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger), la Mission laïque française, Le Robert, l’École des lettres, les Lyriades. Le Concours des dix mots bénéficie du soutien du Fonds Maif pour l’Éducation.

Il propose aux classes de réaliser un projet collectif littéraire et artistique autour des dix mots sélectionnés chaque année.

Cette onzième édition du Concours illustre la manière dont le français s’adapte à des technologies et à des usages numériques en constante évolution, en s’enrichissant de sens nouveaux, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une autre langue.

Lire la suite

« Après la tempête », de Hirokazu Kore-eda

Depuis Distance (2001) et surtout Nobody Knows en 2004, le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda dévide sa pelote cinématographique de l’intime, de la transmission, du deuil, des secrets de famille et de l’enfance troublée.

Ses films sont une fine broderie des sentiments, ourdie de jolis points d’émotion et d’une délicate attention pour l’existence en pointillé de ses personnages. Soit ici, Ryota, la quarantaine, divorcé, qui après un éphémère succès littéraire, travaille depuis lors dans une agence de détectives privés.

Joueur, il perd tout ce qu’il gagne dans des paris hippiques, et ne peut très souvent s’acquitter de la pension alimentaire due à Shingo, son fils de 11 ans. Mortifié de voir ce dernier s’éloigner de lui, au moment même où son ex-femme s’apprête à refaire sa vie, il tente néanmoins d’en reconquérir l’affection. Une démarche discrètement encouragée par sa bonne vieille mère…

Lire la suite

Germaine de Staël / Maurice Blanchot

Germaine de Staël, par Gérard

Germaine de Staël (1766-1817)

Maurice Blanchot (1907-2003)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La grande opposition de la semaine dans la critique littéraire : une intellectuelle libérale et européenne convaincue – Germaine de Staël – contre un jeune auteur tenté par l’anticonformisme nationaliste – Maurice Blanchot.

Lire la suite